Quand le copropriétaire n’a pas d’eau !

– Je vous appelle pour savoir pourquoi je n’ai pas d’eau.
– Attendez je vous passe mon assistante. Elle saura mieux vous répondre que moi surtout que je n’étais pas là ce matin.
Je lui passe mon assistante qui est en face de moi :
– Alors Monsieur, vous n’avez pas d’eau chez vous ?
– Non non j’ai de l’eau tout va bien.
Heu …
#mefautuntriplecafé

Publicités

Quand Newton s’invite en copropriété !

Premier mail :
« Bonjour,
Le Président du CS m’a transmis le message de Monsieur Y auquel je donne réponse.
Le 26 octobre 2016, Monsieur Y a remarqué (photo à l’appui) qu’un “mobile” était accroché sur la nouvelle canalisation située dans les parties communes sur le palier du 3ème étage, escalier B. Avant d’installer ce “mobile” qui se veut décoratif et pour ne pas risquer de dégrader la dite-canalisation, j’ai contacté un physicien qui a calculé la force exercée sur la dite- canalisation. Le calcul de cette force se fait par la loi de NEWTON : Si un objet est au repos ou que son mouvement est rectiligne uniforme, alors la somme des forces extérieures qui s’exercent sur lui est nulle, et réciproquement.
Les bûches étant en bois de peuplier (masse volumique la plus légère de tous les bois), la force exercée sur la canalisation est égale au poids du mobile soit 7 newtons (ou 700 grammes). J’ose espérer que 700 grammes ne vont pas endommager cette canalisation. »

Réponse :
« Madame,
Je ne m’attendais pas à ce qu’Isaac Newton s’invite à la discussion.
J’attends toujours les instructions du Syndic pour procéder à la mise au norme de la canalisation.
Cette provocation (ou cet habillage du tuyau) n’était pas nécessaire et ne fait qu’ajouter de l’huile sur le feu.
Je confirme avoir contacté GRDF et j’ai même demandé des précisions à l’architecte le soir même de notre réunion de chantier. Il pourra le confirmer. Cela suit son cours.
Enfin la société X a changé de domiciliation (elle est dans le 11ème) donc je ne vois pas où est le problème.
D’autant que ce n’était pas à l’ordre du jour de notre réunion de chantier.
Cordialement »

Fin de l’échange :
« Monsieur,
Vu les travaux exécutés de manière très cavalière et osée par XXX les dernières mois, l’ensemble des résidents est soulagé qu’Isaac Newton (ou bien ses théories) ne s’était pas introduit de façon spectaculaire. Vous devriez l’être également.
Cordialement, »

Voilà voilà !

La vie d’un cabinet de syndic le jour de la fête des morts !

On sait que l’on est syndic le 31 octobre quand :

– Quand on est accusé d’empoisonnement par un copropriétaire parce que dernier n’a pas percuté que, pendant les travaux de ravalement, quand l’entreprise faisait le nettoyage de la façade à l’eau et aux produits décapants, il fallait qu’il ferme ses fenêtres et qu’il a du ingérer plein de choses toxiques …
– Quand un de ses nouveaux copropriétaires lance une procédure contre l’ancien gestionnaire, nominativement, parce que :
1- il n’est pas ok avec le coefficient d’ascenseur voté en AG
2- les copropriétaires ont refusé de l’élire au conseil syndical
3- les autres copropriétaires ne vivent pas dans l’immeuble.

#mefautuntriplecafé

Quand le locataire ne paye pas son loyer !

Hier je tenais l’assemblée générale d’un immeuble situé dans une charmante bourgade reculée de l’arrière pays francilien.

Le copropriétaire : vivre dans cet immeuble, ce n’est plus possible ! La dernière fois un homme a frappé à ma porte avec ses dents dans les mains en demandant de l’aide.

Moi : les dents dans les mains ? Je ne connais pas cette expression. Que vouliez-vous dire précisément ?

Le copropriétaire : non ce n’est pas une expression. Il était devant ma porte, couvert de sang et il avait toutes ses dents de devant dans sa main.

Moi : ……..

Le copropriétaire : je voulais appeler la police mais en discutant avec lui j’ai compris qu’il avait eu une raclée parce qu’il n’avait pas payé son loyer alors j’ai refermé la porte.

#mefautuntriplecafé

Quand le syndic prend du galon !

Mail reçu ce jour :
« Je souhaite signaler que nous avons un problème avec le facteur et les livraisons de colis. J ai ammenage depuis 2 mois, deja 2 colis non livre et 1 troisième qui a atterit dans la boote aux lettres d un voisin.
De plus, en discutant avec d’autres personnes de l’immeuble ce ne serait pas la 1ère fois. »
Bon … voilà voilà ! Passons sur les fautes … Intéressons nous à l’essentiel !
Officiellement je suis, maintenant, Supersyndic, celle qui en plus de la copropriété supervise aussi la bonne distribution du courrier et des colis de la poste.
Non mais franchement !
#mefautuntriplecafé

Quand le client est victime d’ostracisme

Comme c’est samedi, voici une anecdote de mon conseil syndical d’hier
J’attendais mes copropriétaires dans le hall
– Ahhhhhh ! Bonjour Monsieur X. Je suis bien contente de voir que vous allez bien.
Monsieur X est un personnage. Il parle avec un accent emprunté comme s’il était un des personnages des Précieuses Ridicules. Il est très très cultivé, parle des tas de langues, a des connaissances pointues dans beaucoup de domaines.
Bref. Il n’est pas toujours facile mais difficile de ne pas avoir une petite tendresse pour ce Monsieur.
– Ahhhhhh Petit Syndic, il faut que je vous raconte.
– Je suis impatiente de vous entendre Monsieur X.
– Lorsque je suis allé faire mes derniers examens à l’hôpital, j’ai fait une crise d’épilepsie.Je suis tombé sur le seuil du bâtiment. J’ai donc fini, entre vous et moi je dois bien le reconnaître, à poil aux urgences, nu comme un enfant sortant du ventre de sa mère.
– …
– Au bout de plusieurs heures, j’en ai eu marre d’attendre. J’ai récupéré mes vêtements pour me rhabiller. Bien vous savez ce que j’ai découvert Petit Syndic ?
– Heu non mais vous allez me dire Monsieur X.
– Figurez vous Petit Syndic (avec l’accent emprunté qui va bien) que ces voyous m’ont dérobé mon slip rouge….
– …..
– Mon slip rouge !
Moi avec un grand sourire, le taquinant un peu :
– Et c’était votre préféré ou c’est que vous n’en aviez qu’un ?
– Mais quand même Petit Syndic, la chose ne prête pas à sourire. Ce sont des voyous !
– Oui je comprends Monsieur X. Et vous avez fait quoi ?
– Rien Petit Syndic. Je ne cherche pas les histoires. J’ai mis mon pantalon et mon haut, récupéré mes chaussures et je me suis barré.
Je l’imaginais dans la rue, sans son slip rouge sous son pantalon … je vous passe l’image … 
J’imaginais aussi que s’il faisait une histoire pareille à cause de son slip rouge c’est que ce slip avait une importance particulière pour lui comme un genre de porte-bonheur ou courage. Cet homme n’a pas toujours eu une vie facile. Cette perte d’un objet auquel il tenait m’a peinée pour lui.
Ma Présidente du Conseil Syndical (PCS) est arrivée à ce moment-là :
– Oui ! Et les urgences m’ont appelée pour savoir où il était. Parce que Monsieur X est parti sans les prévenir.
Monsieur X me confirmant :
– S’ils chapardent les slips de leurs patients, il ne faut pas être surpris que les patients se comportent de manière cavalière avec eux !
Puis concluant de manière catégorique :
– Je vous le dis sans détours Petit Syndic. Je suis victime d’ostracisme ! C’est une honte !
Bon je vous laisse à votre réunion et je vais me dépêcher de rentrer ces documents en sécurité.
Il s’en est allé.
Je me suis alors tournée vers ma PCS et qu’est-ce que j’ai vu ?
Mon amour de PCS en train de googler le sens du mot « ostracisme » sur son téléphone.
#mefautuntriplecafé

Quand les voisins font du bruit !

Estimer à l’oreille, sans matos, le nombre de décibels d’un équipement de la copro voisine…
Au 3ème la fenêtre ouverte puis fermée… Zont trouve 15 décibels d’écart
Au rdc dans la cour c’était 45… Ce qui est beaucoup trop…
Du 1er puis 2nd sous sol de caves…
Fait !
Je n’avais jamais vu ça.
Quelle méthode !!! Lol
#coprossupersforts #coprosauxsuperspouvoirs
Voilà voilà