Quand le copropriétaire est relancé !

– Je veux voir votre responsable contentieux.

– Il est en rendez-vous. Mais je peux peut-être vous aider ?

– Je veux lui expliquer qui je suis et ma façon de procéder. Je n’ai pas payé mes charges parce que j’ai vu dans le grand livre lors du dernier contrôle des comptes que vous acceptiez des facilités de paiment en 3 fois à certains et que vous ne preniez pas de frais de relance systématiquement. Mais de quel droit ?

– ….

Je ne bronche pas.

– Alors j’ai voulu tester votre système de relance. J’ai payé un tiers le premier mois du trimestre, j’ai eu des frais de relance. J’ai payé un tiers le second mois du trimestre, j’ai eu des frais de relance. J’ai soldé mon compte au 3ème mois du trimestre.

– Donc vous voyez que l’on a un système de relance très efficace. Je vais vous faire annuler les frais.

– Encore heureux ! Pourquoi vous m’avez relancé moi et pas les autres ?

– Mais peut-être parce que les autres ont prévenu qu’ils payeraient en plusieurs fois et que vous vous ne l’avez pas fait … qu’en pensez-vous ?

Silence … Il hésite puis repart de plus belle.

– J’ai vu que vous aviez annulé parfois des frais de relance. Qui vous a autorisé retirer des frais de relance ?

– Nous n’avons pas besoin d’autorisation pour ça. Par contre, si je comprends bien, vous êtes contre l’annulation des frais de relance ?

– Oui je suis contre. Quand on ne paye pas, on doit être relancé et les frais doivent être conservés.

– Pas de soucis. Dans ce cas, nous maintiendrons les frais de relance sur votre compte conformément à vos souhaits.

Grand blanc … puis mon copropriétaire reprend …

– Si vous ne les annulez pas, je vous poursuis pour abus de droit, clientélisme, discrimination et je gagnerai. Mon avocat est l’avocat de l’ARC. J’en ai bouffé des syndics pour moins que ça.

Je reste calme et, avec un grand sourire, je rétorque :

– Je n’en doute pas. Par contre, pourriez-vous répondre à ma question ? Je voudrais comprendre quelle politique vous semble la plus adaptée sachant qu’une règle que l’on applique s’appliquera pour tous. Qu’est ce que je dois faire là, maintenant ?  Est-ce que je garde la main sur l’annulation des frais de relance et s’il y a un accord, je décide au cas par cas, de les annuler ou non ? Ou, est-ce que je n’annule plus de frais de relance et dans ce cas, je conserve les frais de relance sur votre compte. Dites moi donc ! Qu’est-ce que je fais ?

– Vous êtes impossible ! Vous annulez d’abord mes frais puis vous n’annulerez plus jamais.

– Non cela ne marche pas comme ça. Définissons maintenant une règle s’il vous plait.

– Vous devriez faire plaisir au copropriétaire.

Moi avec un franc éclat de rire …

– Heu non Monsieur X ! Mon travail n’est pas de faire plaisir au copropriétaire même si je passe beaucoup de temps en bas des immeubles à les attendre eux et les gars du bâtiment. lol. Mon travail est de gérer les parties communes et donc la collectivité des copropriétaires. Alors quelle règle choisissez vous ?

Il se déride, enfin, mais continue de protester pour la forme :

– Nous sommes en dictature.

– Non ! Vous êtes en Nafygarchie, un régime idéal puisque dans la Nafygarchie, tout est parfait parce que selon Nafy.

Et nous sommes partis dans un immense éclat de rire.

Ouf !

#mefautuntriplecafé

 

 

Publicités

Quand la situation devient inimaginable !

– La voisine du premier jette ses excréments dans mon jardin.
– …
– Mais vous allez faire quoi ?
– Rien. C’est un problème privatif.
– C’est inimaginable de me dire ça.
– Non c’est surtout la loi. La dernière fois vous aviez accusé la voisine du RDC. Prenez contact avec un avocat, portez plainte, faites ce que vous voulez mais le syndic n’interviendra pas pour gérer des problèmes de voisinage.
– C’est inimaginable ! La police refuse de prendre ma plainte.
– Je ne peux rien pour vous.
– C’est inimaginable !
– …
– Bon deuxième problème : on n’a un soucis d’eau chaude. Vous êtes au courant ?
– Oui un projet de rénovation va être mis à l’ordre du jour de la prochaine réunion.
– Mais en attendant, vous trouvez normal que le syndic ne vienne pas remettre la chaudière en route quand elle tombe en panne ?
– Mais quelle idée vous avez de mon métier ? Vous pensez vraiment que j’ai une caisse à outil et que je me déplace d’immeuble à immeuble pour réparer les chaudières ?
– non mais vous ne faites rien.
– Bien encore faudrait-il que je sois prévenue et que je sois prévenue pendant les heures ouvrables … Je ne suis pas Madame IRMA et si personne ne me prévient, je ne peux pas faire le nécessaire.
– C’est inimaginable.
– Nous allons écourter la conversation ce sera mieux je pense.

#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire de Neuilly sermonne un autre !

Lors de ma réunion de ce matin à Neuilly sur Seine, le Président du Conseil Syndical me sermonne en regardant un autre membre du conseil syndical Monsieur Y :

– Donc Petit Syndic, c’est votre rôle de nous trouver des entreprises compétentes. J’espère bien que vous allez continuer.

Je reste impassible en me demandant ce qu’il me raconte. Il reprend :

– Cette entreprise X a été une catastrophe.

Un autre membre du conseil syndical poursuit, à mon intention, toujours en regardant Monsieur Y :

– Elle n’avait même pas de contrat d’ailleurs. Mais qui l’a appelé ?

Monsieur Y intervient :

– C’est moi qui l’ai appelée parce que c’était une entreprise conseillée par l’architecte au moment de la construction de l’immeuble, il y a 50 ans.

Le PCS :

– Oui. Nous avons un contrat pour le chauffage avec telle autre entreprise. Il ne faut plus appeler l’entreprise X.

Puis se tournant vers moi :

– Donc c’est votre rôle de nous conseiller sur les meilleures prestataires. Vous l’avez fait pour telle intervention, pour telle autre. Nous en sommes très satisfaits et nous espérons que vous allez continuer à le faire.

Voilà comment, dans mon immeuble de Neuilly sur Seine, mon Président du Conseil Syndical s’est servi du syndic pour sermoner un autre copropriétaire, Monsieur Y, et lui faire passer le message d’arrêter ses conneries, sans l’offenser.

#mefautuntriplecafé

Quand l’immeuble est presque neuf !

La copropriétaire : Il manque un sapin dans mon jardin. C’est à cause de ça que j’ai été cambriolée.
Mon assistante : Vous avez été cambriolée ? Que s’est-il passé ? Vous avez déposé plainte ?
La copropriétaire : Non ils sont passés simplement dans le jardin. Ils ne sont pas arrêtés.
Mon assistante : ………..
La copropriétaire : Bon vous faites une déclaration à l’assurance Dommage Ouvrage ?
Mon assistante : Mais pourquoi la Dommage Ouvrage ?
La copropriétaire : Parce que c’est lié à la construction. C’est la faute du promoteur si j’étais cambriolée. Quand il a construit l’immeuble, il n’a pas mis le sapin.
Mon assistante : Ahhhhhhhhhhhhhh
Voilà voilà ! L’immeuble a presque 10 ans ….
Je peux aller me recoucher ?
#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire s’explique avec un autre !

Une fois la réunion de ce matin levée, j’entends mes copropriétaires discuter pendant que je rassemble mes affaires.

Je vous restitue l’échange que j’ai surpris entre mon Président du conseil syndical et une de ses collègues du conseil syndical :

Mon PCS : Ils sont 7 dans 28m2 ! Enfin, comment peut-on louer son logement comme cela ? C’est invraisemblable.

L’autre membre du conseil syndical : Mais ce que font les uns et les autres chez eux, cela ne vous regarde pas. Vous dites qu’il loue, moi je dis que ce sont des visiteurs fréquents. D’ailleurs, ils ne sont jamais là tous en même temps puis ils sont très polis et respectueux.

Mon PCS la détaillant du regard d’un coup : C’est vrai que vous êtes blonde, vous ! J’avais oublié.

Ma copropriétaire : Que vient faire ma couleur de cheveux dans la discussion ?

Mon PCS : Rien. Ne changez rien ! Ca rame un peu mais ce n’est pas grave. Restez blonde comme vous êtes !

Mon PCS lui a tendu la main et elle la lui a serrée en le remerciant pour le café qu’il venait d’offrir. Ils se sont quittés bons amis.

#mefautuntriplecafé

 

Quand le syndic a de la magie dans les yeux !

Quand on m’explique, très sérieusement, que je dois prendre à ma charge un ballon d’eau chaude fuyard parce que :

1- ça fait 30 ans qu’il ne fuyait pas

2- comme par hasard, je vais dans la cave et il se met à fuir…

A mon avis, pour ma copropriétaire, je dois dégager des ondes négatives. Sourire.

Ceci dit, tout est relatif et au lieu de parler de négatif, j’aurais pu parler de super pouvoir. Après tout, ce genre don est embarassant quand on est syndic mais, imaginez que je sois plombier …  dans ce cas, faire fuir les ballons rien qu’en les regardant, ce serait le début de la fortune, non ?

Un ami m’a suggéré de devenir gardien de but … cela pourrait être aussi une idée.

Quoiqu’il en soit, avec un talent pareil, il faut sérieusement que je prenne quelques secondes pour réfléchir à une reconversion !

#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire est complotiste 2

Lors de l’assemblée générale, mon copropriétaire adepte des théories du complot, me regarde d’un coup, les sourcils froncés devenu suspicieux, et me demande :
– Au fait, où se trouve mon appartement ?
Après tout, on ne sait jamais. Le syndic aurait pu être pris d’un coup de folie et avoir décidé de lui faire un mauvais tour. Il aurait pu déplacer son appartement qui était au 6ème droit bâtiment B au rez-de-chaussée du bâtiment A.
Moi, très calme, réfreinant un éclat de rire :
– Bien au même endroit où il était quand vous l’avez acheté.
– ……….
– Vous savez quand même quel appartement vous avez acheté non ? Je vous rassure, il n’a pas bougé.
Non mais sérieux !
#sontfouslescoproparfois