Quand l’oiseau du locataire prend l’air !

Appel d’hier matin :

– Bonjour. Je suis l’occupant de la brasserie. Je vous avais parlé d’une infiltration avec odeur d’urine tous les matins par la verrière. Vous vous rappelez ?

– Oui on avait cherché et rien trouvé comme canalisation ou autre qui aurait pu être à l’origine du problème.

– Bien. Moi je viens de trouver. Ce matin j’étais là en avance et quand je suis arrivé, j’ai vu le locataire du 4ème étage pisser par sa fenêtre. Je suis monté le voir et son pas de fenêtre est une flaque d’urine.

– …

– A priori tous les matins, plutôt que d’aller au WC, Monsieur sort de son lit, ouvre la fenêtre et pisse du 4ème sur ma verrière.

Non, mais, est-ce que vous imaginez la scène ?

Le type se lève, sans doute nu comme un ver, plutôt que de faire 1 m pour aller au WC à droite, il fait un mètre pour aller à la fenêtre à gauche, l’ouvre, se met sur le rebord et pisse sur le monde tout fier tous les matins … Limite il accompagnerait le tout de grognements de victoire façon homme des cavernes que cela me semblerait normal dans le contexte.

J’étais tellement navrée que je n’ai pas su quoi répondre pour consoler mon commerçant qui lui se retrouve tous les matins avec une verrière pleine d’urine à nettoyer et des odeurs toute la journée en terrasse, ce qui le pénalise fortement commercialement parlant.

J’ai tenté une touche d’humour, assez malvenue je vous l’accorde.

– Il fait prendre l’air à son oiseau !

– Ce n’est pas drôle ! On a failli en venir aux mains. J’ai appelé la propriétaire qui m’a dit que c’était un squatteur et qu’elle ne pouvait rien faire. J’ai appelé la police qui ne veut rien faire.

– Oui donc vous appelez le syndic …

– Oui si la police ne fait rien, je me suis dit que vous vous pourriez intervenir.

Très franchement, j’ai eu l’appel à 8h du matin. J’étais chez moi en train d’attendre une livraison de fuel. J’ai pensé à la situation, au contenu des courriers à faire et j’ai failli retourner me coucher en me disant que « Nonononon. Cette journée, je ne voulais même pas la commencer. Je préférais me rendormir et me réveiller directement le lendemain. »

Bon je ne l’ai pas fait. J’en rigole après coup mais sérieusement, parfois les gens, ils sont si déconcertants !

#mefautuntripelecafé

 

Quand le copropriétaire vit loin !

– Bonjour Madame. Je vous appelle de la Martinique. Pouvez-vous me dire si mon appartement est loué ?
– ………..
– Vous ne voulez pas m’aider ?
– Je suis syndic ! Je gère les parties communes. Qui loue votre appartement, si votre appartement est loué, je n’en sais rien. Comment voulez-vous que je le sache ?
– C’est vrai que vous ne gérez pas l’appartement.
– Non.
– Mais comment je fais pour savoir ?
Voilà voilà …

#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire règle lui-même ses problèmes de voisinage !

En assemblée générale d’un petit immeuble que je viens de reprendre vers le panthéon, j’entends mon président de conseil syndical expliquer aux autres :

– Bon. Le gars, il ne voulait pas comprendre. J’ai fait simple. Je l’ai pris par le col, traîné dans les escaliers et le hall et lui ai éclaté la tête contre la porte vitrée. Au moins c’était fini.

Une autre copropriétaire, choquée de l’attitude du gars mais à priori trouvant l’attitude du président de conseil syndical parfaitement normale et adaptée :

– Je ne comprends pas ce qui lui a pris à ce jeune ! Il avait l’air si gentil pourtant !

Un autre copropriétaire s’excusant pour le gars et ne semblant pas choqué non plus par les actes de mon président du conseil syndical :

– Je suis désolé pour mon locataire. Son attitude était inqualifiable.

Je me demandais quel crime abominable le gars avait commis. J’imaginais le pire mais j’ai quand même tenté un :

– Mais qu’est ce qui s’est passé ?

Mon Président du Conseil Syndical :

– Je devais me lever à 4h du matin et, lui (façon ce vaurien), il faisait encore du bruit après 22h. Je suis donc allé frappé à sa porte.

Pas facile de rester toujours impassible. J’ai du avoir l’air, malgré moi, choquée.

Le propriétaire du logement où se trouvait le criminel, toujours désolé, se méprenant sans doute sur mon expression, et plein de désir de me rassurer sur le fait que l’incident était terminé et qu’il n’y avait plus un tel criminel dans l’immeuble :

– Il a déménagé immédiatement après !

Heu … m’étonne !

Mais me voilà rassurée !!! C’est que j’aurais pu croiser ce voyou lors d’une visite des parties communes aussi !!! Quand on est capable de faire du bruit après 22h, on est capable de toutes les vilenies ! C’est bien connu ! Non mais sérieux !

Comme quoi l’idée de violence ou de crime est à géométrie variable dans mon petit immeuble du 5ème. Ca pose question, non ?

#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire est cordial mais pas toujours !

il s’agit d’un immeuble de 2 copropriétaires.

Un des copropriétaires, qui est majoritaire, fait des travaux dans un de ses lots et … oups … il fait malencontreusement tomber le sol pile poil à un endroit bien pratique pour ses travaux.

Bon … On va dire coïncidence. Qu’est-ce que cela pourrait être d’autre d’ailleurs ?! 😉

Toujours est-il qu’un arrêté de péril tombe.

L’autre copropriétaire ne le prend pas très bien … Il le fait savoir en écrivant directement au copropriétaire « malchanceux » en mettant le gestionnaire en copie, forcément !

Premier mail :

« Attention famille X

Allez faire un petit tour aux premiers étages Mr le marchand de sommeil et soyez humbles devant les appartements des locataires qui me demande si il y a du plomb dans les appartements que la famille X leurs louent . Vous êtes des menteurs professionnel nous serons le démontrer à la justice vous ne faites que retarder le temps à changer de syndic comme de chaussettes. Aux lieu de menacer vos copropriétaires qui sont irréprochables comme un obsessionnel , occuper vous de démontrer lés preuves quant à la cour ainsi que l’assurance de la cheminée du restaurant avec son cerclage déclaré etc.. Ni vous qui en cachette faites des photos dans des couloirs d’immeubles frappé de péril ( 107)  ni votre père qui me hurle dessus comme un chef de clan ni votre frère en djellaba qui me traduit votre père en quatre yeux m’impressionnez vous êtes des MENTEURS et nous serons le démontrer.

Cordialement Monsieur Y »
Le cordialement semblait un élément important pour clore un tel mail sur une note de douceur.
Réponse de Monsieur X
« Monsieur Y,

En ce qui concerne mon locataire au premier étage droit, il dispose du diagnostique plomb amiante comme tout locataire.

C’est une obligation avant la mise en location.

Pour ce qui est du restaurant, voyez avec mon père.

Je souhaite que les travaux avance mais ces agissements les ralentissent.

Cdlt
Monsieur X »

Le cordialement adoucit encore une fois le propos. On en perçoit l’importance facilement.

Réponse de Monsieur Y :

« Vous n’êtes qu’un menteur et nous attendons notre tour pour le démontrer vous n’êtes qu’un malade pathologique alors faire votre petit ragots de bigot qui cache sa misère à d’autre. Vous n’êtes qu’un petit vicieux de bas quartier vous impressionner pas grand chose en fin de compte , le compte rendu de justice ne vous a pas suffit il y a des gens comme ça vous êtes de ces gens là »

Mais où est donc le cordialement ?

Hein ?! Où est-il ? Tout fout le camp ! Vous ne trouvez pas ?!

#mefautuntriplecafé

Quand le locataire a un chien !

Mail reçu à l’instant de la société de ménage :
« Mon agent a surpris, il y a une semaine,  au sous sol, un résident  avec son chien qui a failli le mordre lorsqu’il s’est plaint des crottes habituellement laissées dans le couloir des poubelles (on peut vous envoyer les photos prises) . Avec l’aide de Mr B.  nous avons su que c’est le locataire de Mr T. au RDC de l’escalier 3.
Nous vous demandons d’afficher une note pour éviter que les résidents accompagnent leurs animaux y faire leurs crottes; car mon agent l’avait plusieurs fois constaté et ramassé les crottes; mais ne savait pas qui en était l’auteur. »
#mefautuntriplecafé