Quand le copropriétaire parle de son syndic !

Réunion amusante.
J’ai perdu l’immeuble mais c’était plié depuis longtemps puisque l’immeubles a été repris par l’ami d’un copropriétaire.
Au moment du vote je me défends pour la forme :
– le confrère propose des solutions qui ne sont pas des innovations mais des choses dont ils disposent depuis longtemps.
– pour régler les soucis le confrère propose de voter des choses que j’ai mis à l’ordre du jour
et patati et patata
en plus il est 20% plus cher.
Bref ! Ils finissent par m’expliquer que je suis géniale mais que voilà, changer de syndic c’est comme arracher un pansement d’une plaie à vif.
Ca fait mal mais faut tirer d’un coup.
heu … j’explosais de rire intérieurement mais je les ai regardé très sérieusement en leur demandant à quoi ils comparaient leur syndic … la plaie à vif ou le pansement.
Vous auriez vu leurs mines rouges de confusion …

Publicités

Où sont les gars du bâtiment ?

Rendez-vous d’expertise judiciaire
La Maire de Paris a eu la bonne idée de détruire l’immeuble qui était à côté d’un des miens et on devait constater les dégâts.
Je me retrouve à 11h, avec mon super avocat, sous la flotte en train de crapahuter les petons dans la terre de la démolition du chantier qui vire à la gadoue.
J’entends de ci et de là des « Waohhhhhhh Mamzellllllllllllllllle !!!! Viens voir ici que je te dise un secret. »
Je tourne la tête pour voir qui est la déesse à qui l’on s’adresse et je ne vois personne d’autre que moi.
Ah zut ! C’est à moi que l’on parle ainsi comme si j’étais une bombe.
Ils sont complétement fous !
Je suis petite, ronde, plus toute jeune et en plus je ne ressemblais à rien avec mes cheveux mouillés, mon tailleur rouge et mes pieds pleins de gadoue.
Je prends ma grosse voix et, en essayant de ne pas éclater de rire, je rétorque que le temps n’est pas à la badinerie parce que je bosse quoi !
Je suis avec mon super avocat et des clients !
Au lieu de calmer les fauves, cela a l’air de les pousser à être encore plus audacieux.
ils poursuivent de plus belle « Mamzelllllllllllllllllllle ! Je te jure ! Ton mari, il faut lui dire qu’il a de la chance. »
Mouais !
Je ne réponds pas et là j’entends : « je te jure Mamzellllllllllllllllllle. Tu as trop la classe toi ! Ton sac il est trop beau et tes chaussures elles sont ma-gniiiiiiiiiiifiques. »
Heu ?!!!!!!!!!!!!!!
N’importe quoi ! Non mais vraiment ! Tout fout le camp dans ce pays !
Où sont passés les vrais gars du bâtiment, bien virils et tout, ceux qui draguaient à l’ancienne des bombasses en disant « T’es bonne toi, tu sais ?!. » ?

#mefautuntriplecafé

L’arbre au fond du jardin !

Mail reçu :

« Objet : faire surseoir à l’élagage de l’arbre.

Madame,

Je vous prie de faire surseoir à » l’élagage sérieux » de l’arbre situé au fond du jardin en attendant l’éclaircissement, en Conseil Syndical ( réunion lundi 17/11) et par interrogation, au besoin, des copropriétaires concernés, des points ci-dessous:

1°/ d’après un copropriétaire, présent à l’AG à laquelle je n’ai pu assister, cette résolution aurait été prise sans demander l’avis des copropriétaires présents.
Je ne peux pas prendre position sur ce point puisque absent mais ce qui est sûr, puisque cela ressort du PV; cette résolution n’était pas à l’ordre du jour. Elle a été rajoutée, en tout dernier dans  » les résolutions étudiées sans vote>>,

2°/ le PV de l’AG précise:<< le syndic fera tailler l’arbre au fond du jardin>>.
Dans votre ordre de mission vous demandez:<< un élagage sérieux de l’arbre au fond du jardin>>.
Tailler ou élaguer sérieusement n’ont pas du tout la même signification. Entre ce que vous a demandé la copropriétaire et ce que précise le PV c’est le PV qui prime.

3°/au fond du jardin il y a 2 arbres. Lequel est concerné?

4°/ la copropriétaire qui vous a relancé, je vous cite:<<est indisposée par l’ampleur de cet arbre qui lui cache la lumière et le soleil>>
L’un des arbres est à 25 mètres de la façade exposée SO, le second à pas loin de 30 mètres. A cette distance ils ne doivent pas avoir grande influence sur la luminosité de l’appartement. Beaucoup de personnes, moi le premier, seraient heureuses d’avoir une profondeur de vue de 25 mètres.
Ce sont les cuisines qui donnent sur le jardin et il y a 10 appartements qui ont vue sur le jardin. Sans exclure l’avis des autres copropriétaires, il faut, tout particulièrement, connaitre l’avis de ceux qui ont vue sur le jardin. A 25 mètre derrière les arbres il y a 3 étages de béton.

Je ne manquerai pas de vous informer de ce qui aura été décidé en Conseil Syndical.

Cordialement »

Mouais …

Le bon numéro !

Moi : Alors oui, vous voulez quel code ?

Le copro : Je ne sais pas … peut-être 1783 ?

Moi : Charente/Var … oui, pourquoi pas.
Mais attendez, allons vérifier sur wikipédia avant de nous fixer.
Alors … Ah non ! très mauvaise idée … famine, guerre, …
Cela a été une très mauvaise année.

Le copro : 1784 ?

Moi : Oui mais je vérifie quand même au cas où …
Magnifique ! L’année a été chouette pour le monde en général : fin de guerre, indépendance, ….
Très bonne année.
Je vous le programme pour quand ?

Quand le copropriétaire est amoureux de son syndic !

A l’occasion de la Saint Valentin, je ressors cette anecdote d’une histoire d’amour entre une copropriété et son syndic. Comme dit la chanson, Les histoires d’amour finissent mal en général !

Bonne Saint Valentin à tous !

 

—————-

 

J’étais sur un immeuble un jour pour faire une visite préalable à une proposition. Je fais le tour des parties communes. L’immeuble semble vraiment bien entretenu, les travaux faits. Bref.

Je demande au Président du Conseil Syndical pourquoi il voudrait changer de syndic et j’avoue que sa réponse m’a laissée sans voix. Sourire.

Il m’a répondu qu’il était content du syndic actuel, que ses honoraires sont très raisonnables en réalité, que les travaux sont faits. Il n’a donc rien du tout à lui reprocher.

Par contre il y a un copropriétaire dans l’immeuble qui, pour les mises en concurrence des contrats de l’immeuble, a donné le nom de toutes les entreprises qui étaient les moins chères. C’est ce copropriétaire qui lui a donné mon nom la semaine dernière donc il a décidé de changer parce que pour lui c’est de l’acquis que je serais non pas meilleure mais en tous cas moins chère …

Heu … donc il changerait son syndic, même s’il est en content et que ses honoraires selon lui sont très raisonnables, pour un syndic qu’il ne connait pas juste parce qu’il pourrait avoir des honoraires moins chers que raisonnables ? Mouais.

Devant mon air surprise, il a rajouté, comme pour me rassurer, qu’il n’y a pas de soucis. Il l’a déjà expliqué à son syndic d’ailleurs. Il lui a dit qu’il voulait changer parce qu’il n’a rien contre lui mais, voilà, que c’est comme une histoire d’amour, une relation avec son syndic. Quand c’est fini, c’est fini ! Il faut se quitter le plus gentiment possible.
Il ne sert à rien d’essayer de recoller les morceaux.

Heu …

La porte automatique !

Réunion dans un immeuble des quartiers chics de Paris !
– Alors il faut que je vous explique pourquoi nous sommes mécontents.
– Je vous écoute
– La gestionnaire avant vous a fait poser une porte automatique il y a plusieurs mois.
– Oui ?
– Donc normalement quand la porte s’ouvre, on a pas besoin de la pousser.
– D’accord mais où est le problème ?
– Bien Madame figurez vous que la porte parle en espagnol et en plus elle donne des instructions fausses. Elle demande à ce que l’on la pousse au lieu d’indiquer qu’il ne faut surtout pas la toucher au contraire.
– Heu …

Quand l’immeuble est situé dans une autre galaxie !

Mail reçu :
« désolée
Apparemment des mails qui étaient restés dans la boite d’envoi de mon téléphone, sont partis hier soir..
Sorry pour le décalage spatiotemporel

Envoyé depuis mon Galaxy Note 3 Orange »

Bon …