Résultats intermédiaires sur le sondage autour du métier : les raisons du turn over en copropriété !

D’après le sondage, pour quelles raisons un salarié en copropriété quitte un cabinet ?
Pour mémoire, plusieurs réponses étaient possibles :
16% n’ont jamais été concernés par le turn over
Les autres réponses en vrac :
44% des sondés changent pour un meilleur salaire.
35% suite à un problème de management
27% suite à un désaccord avec la politique de l’entreprise
17% pour une promotion professionnelle
17% parce qu’ils déménagent
16% pour réduire leur temps de trajet
15% à cause d’un rachat de cabinet
12% à cause de la mauvaise ambiance entre collègues
10% à cause d’un portefeuille difficile
8% pour des meilleurs outils
4% pour changer de métier
0,3% à cause d’un manque de formation interne
Les autres réponses sont anecdotiques.
Continuez de compléter le sondage !!!

Quand le copropriétaire a des problèmes d’eau

Mail reçu ce jour :
« blablabla … Je vous adresse par courrier les documents (courriers et facture) concernant le problème de
Débordement dont nous avons parlé au téléphone.
Je vous signale pour information complémentaire sur ce dossier qu’il y a dans la cour de
L’immeuble un robinet d’eau donc une évasion d’eau aussi !! blablabla »
Ah ben, si même l’eau a décidé de se barrer !
D’ailleurs est-ce que c’est quand l’eau se fait la malle que l’on parle de fuite ? lol
Puis est-ce c’est quand on ne retrouve pas l’eau qui se barre que l’on peut dire que l’on perd les eaux ? lol
#mefautuntriplecafé
Publicités

Quand le copropriétaire est trop patient !

– Dans la comptabilité, il manque deux factures de remboursement de frais d’un total de 350,90 euros que j’avais engagés pour la copropriété. Je considère que c’est une faute inexcusable ! Si je ne l’avais pas vu les comptes étaient faux. C’est la première fois que cela arrive depuis 15 ans. D’ailleurs je vous distribue un carton rouge ! Mon épouse à qui j’en parlais me disait que j’étais bien patient avec le syndic. J’arrête donc d’être patient et je distribue un carton rouge !

– Il y a un autre problème ?

– Non. Tout le reste va bien. Je vous donne d’ailleurs un bon point pour le changement d’assurance qui nous fait économiser 3000 euros par an. Quand il y a des choses positives, je vous le dis. Par contre, pour les deux factures, carton rouge !!!

#mefautuntriplecafé

 

Quand le syndic ne rentre pas dans les cases !

Nous étions au bureau en train de recevoir un client potentiel qui avait sollicité nos services pour gérer sa copropriété :

– Bonjour Monsieur. Je suis Petit syndic et ravie de vous recevoir.

Mon collègue :

– Egalement, blablabla.

Moi :

– Et si vous commenciez à nous parler de votre copropriété ?

Le client potentiel :

– Je suis ravi que vous ayez accepté un rendez-vous si vite. On va peut-être attendre le directeur non ?

Moi :

– C’est moi. Nous pouvons y aller.

Lui, tout perdu :

– Ah bon ? Bon …

C’est que l’on brouille les pistes aussi. Les « à priori » n’ont pas la vie facile avec nous … je suis directeur mais femme, avec un nom africain mais blanche. Pauvres clients !

Fichu syndic qui refuse de rentrer dans les bonnes cases et fait tout pour déstabiliser !

#mefautuntriplecafé

Quand la communication n’est pas aisée !

Un soir, dans un de mes précédents cabinets, je tenais une réunion difficile. J’étais comme sur un ring.

Voici un compte-rendu de la discussion que j’ai eue avec le membre du conseil syndical le plus remonté :
– Vous répondez toujours à côté des questions que l’on vous pose.
– Peut-être qu’en effet il y a un problème de communication …
– Ah … (prenant à témoin les autres copropriétaires) … vous êtes en train de dire que je m’exprime mal.
– Non ! je suis en train de dire que « le langage est source de malentendu » comme dit le Renard de Saint Exupéry
– …
– La communication est un art difficile. Je vous réponds toujours. Si vous ne m’expliquez pas que je réponds à côté, que je n’ai pas compris votre question, comment voulez-vous que je sache que j’ai répondu à côté et comment puis-je rectifier ma réponse de manière à vous satisfaire ? Mais il n’y a pas de raison, qu’avec vous, comme je le fais avec les autres, on ne trouve pas une solution pour que vos formulations rencontrent ma compréhension et que l’on soit enfin sur la même longueur d’onde.
– ………..
La réunion se poursuit. Au bout d’une heure trente de catch, on passe à l’élection du syndic et mon contrat est renouvelé. Ouf ! J’ai réussi à retourner l’assemblée générale.
Le confrère qui attendait derrière la porte de prendre ma place est renvoyé gentiment dans ses bureaux.
On passe au renouvellement du conseil syndical et je me tourne vers mon conseiller :
– Vous représentez-vous au conseil syndical ?
– Non.
– C’est dommage. Vous êtes sûr de ne pas revenir sur votre position ? Votre contribution est très utile.
– Non je reste droit dans mes bottes. J’ai présenté un syndic différent qui n’a pas été élu, je me retire.
– Vous savez ce que j’ai envie de vous dire ?
– Oui ne me citez pas Wilde. Je connais la citation : « Les cimetières sont pleins de personnes irremplaçables ».
– Je ne le ferai pas parce que la citation n’est pas de Wilde mais de Clémenceau. Elle dit : « Les cimetières sont pleins de gens irremplaçables, qui ont tous étaient remplacés ». Par contre, si vous voulez une citation de Wilde, je vous dirais : « Soyez vous-même, les autres sont déjà pris. »
Là, il m’a fait un immense sourire.
Avec un clin d’oeil, il m’a lancé :
– Je ne suis plus au conseil syndical mais je vous garde à l’oeil.
J’ai pensé : « Ouf ! Le plus dur est passé. On va devenir potes lui et moi. » et j’ai juste répondu :
– A votre service Monsieur.
#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire a un langage fleuri !

Une de mes copropriétaires arrive pour une vérification de comptes. Je me dirige vers elle tout sourire avec mon assistant derrière. Je suis arrêtée dans mon élan par l’accueil qu’elle nous fait :

« Tiens, voilà les bonobos ! ».

Heu …

Nous n’avons pas réagi et elle s’est retrouvée « un peu » seule et tout s’est tassé.

Une de mes amies, à qui j’avais raconté cet accident, expliquait que vers la 5ème minute d’une chronique sur Paris Première, elle avait appris que Paris était divisé en deux :

– A l’est, les bobos, les bourgeois-bohème

– A l’ouest, les bonobos, les bourgeois non-bohème…!

Dire que je voyais dans l’interpellation de ma copropriétaire un propos raciste en lien avec mes origines africaines alors qu’il est possible que cette copropriétaire ait cherché, uniquement, à pointer la situation géographique, très à l’ouest, de mon cabinet !!!

#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire ne supporte pas le bruit !

Peut-être que l’on peut monter les escaliers en rappel et les descendre en glissant sur la rampe ?

Toutes les solutions seront étudiées !

#mefautuntriplecafé

 

Quand le mari parle de son épouse copropriétaire !

Il y a quelques années, j’étais en visite sur un immeuble en banlieue et je suis allée voir, avec mon président de conseil syndical, Madame D. très franchement débitrice.

C’est son mari qui nous a reçus et nous a demandé ce que l’on souhaitait qu’il transmette à sa femme.

Alors que nous lui expliquions l’importance de régler les charges en temps et en heure, le mari nous a rétorqué d’un ton catégorique :

– Mon épouse est une tête en l’air. C’est ainsi ! Elle n’a pas de tête. Elle oublie tout.

Heu … le président du conseil syndical et moi nous nous étions regardés en souriant. Le président lui avait demandé, tout plein de surprise exagérée :

– Ah. Mais je m’interroge … Votre épouse est-elle bien celle que nous connaissons ? Parce que celle que nous connaissons, celle qui vit dans ce logement et vient aux réunions de copropriété, est une joueuse de tarot de niveau international. Elle a assez de mémoire et de tête pour arriver à vivre des tournois auxquels elle participe et en vivre même plutôt bien. Comprenez ma surprise !!!

#mefautuntriplecafé