Les gestionnaires de copropriété sont à nouveau révoltés !

Il y a quelques semaines, je vous parlais de la Fédération Française des Gestionnaires de Copropriété Révoltés.

Il s’agit d’une communauté facebook comprenant ce matin 1428 membres, tous professionnels de la copropriété. Ce chiffre est toujours à mettre en rapport avec le nombre de gestionnaires de copropriété qui est estimé entre 8000 et 9000 (absence de statistiques précises).

La Fédération Française des Gestionnaires de Copropriété Révoltés (F.F.G.C.R.) a été créée en octobre 2008 dans un cri de révolte humouristique, un vendredi après-midi pour différentes choses comme notamment :
– les émissions de Capital sur les syndics

Plus que révoltés, nous sommes principalement réunis. Le R qui signifiait la révolte du début avait donc évolué à un R dont l’intention était de marquer la réunion.

Aujourd’hui, avec la réforme de la copropriété, les propos méprisants des politiques, des différentes associations, nous reprenons le R de la Révolte, celui de la Révolte du début contre le syndic bashing systématique que nous dénoncions déjà, il y a plus de 10 ans, en 2008 dans les débuts de notre création.

HALTE AU SYNDIC BASHING !

Il n’y a pas que la FNAIM et l’UNIS qui peuvent s’exprimer !  Nous aussi nous pouvons ! Nous aussi nous sommes révoltés ! Nous sommes d’autant plus légitimes à le faire que ce sont nos membres qui font face aux clients et qui subissent au quotidien les conséquences du syndic bashing !

Nous pouvons faire bouger les choses, exprimer notre point de vue, hors des structures traditionnelles de syndicat ou d’association, sous la forme de communauté de multiples façons :

  • à l’intérieur de la communauté

Imaginez que nous avons exactement 1324 membres actifs. Ce qui signifie qu’une moyenne de 1324 membres se connectent chaque jour sur le groupe pour y lire les publications ou participer par un commentaire ou un like aux échanges ! 1324 sur 1428 membres !

Avec le temps les révoltés évoluent. Les assistants deviennent gestionnaires, les gestionnaires, directeurs ou chefs d’entreprise. Certains ont investi les associations professionnelles comme la Fnaim ou l’UNIS. Nos membres sont les décideurs actuels ou les futurs décideurs du monde de la copropriété.

Chacun peut exprimer librement son point de vue sur le groupe, être entendu et lu par tous les membres y compris par ces fameux décideurs actuels ou en herbe.

  • à l’extérieur de la communauté

Les sujets qui sont débattus sur le groupe, comme par exemple les discussions autour des salaires en copropriété, remontent parfois jusqu’aux organisations comme la FNAIM ou l’UNIS. Ces sujets font réfléchir, les commentaires de nos membres aussi.

Certains de nos membres publient aussi des articles pour répondre aux politiques, aux associations de consommateurs diverses, et à leurs absurdités multiples.

Professionnels de la copropriété, rejoignez la fédé ! Bienvenue chez vous !

Ensemble nous serons plus forts !

Quand il y a un problème d’onde …

Assemblée générale avec présentation d’un audit énergétique :

L’architecte :
– Bon. Moi je viens du Grand Est. Tout le monde a des robinets thermostatiques connectés et cela fonctionne très bien. C’est très parisien et très présomptueux de repousser ces équipements d’emblée en expliquant que cela ne fonctionne pas.
Moi :
– Ah non c’est une question d’onde … rien ne passe en Ile de France, c’est aussi simple que ça. Toutes les ondes s’arrêtent à la frontière, c’est tout !
#mefautuntriplecafé

Publicités

Quand le prestataire perd la boule !

Demande reçue ce jour d’un prestataire par mail :
« C’est de manière la plus solennelle que je me permets de venir auprès de vous.
C’est à vos pieds que je jette ma fierté pour avoir l’honneur de vous demander la main du contrat d’entretien de la chaudière séjournant au XXXXXXXXXX Paris 12.
Je ne puis imaginer vivre sans lui. »
Ben … sourire.

Quand le syndic tombe en amour pour ses copropriétaires !

Au cours de l’assemblée générale, un copropriétaire se lève et demande la parole :

– Je voulais vous demander quelque chose. Monsieur X vient de décéder. Il s’occupait beaucoup du jardin. Nous avons tous des souvenirs agréables avec lui. Je propose qu’en sa mémoire, nous plantions un arbre dans le jardin.

J’ai eu peur que les autres l’envoient bouler comme cela arrive parfois mais, non !

Ils ont tous été d’accord et ont proposé de demander à sa veuve quel arbre ce Monsieur préférait et de voir avec le jardinier où le planter.

Personne n’a parlé de prix.

Mon coeur a débordé de tendresse pour ces clients-là d’un coup.

J’ai eu du mal à ne pas leur dire à quel point leur attitude était chouette.

#mefautuntriplecafé

 

Syndic de Nantes recherche gestionnaire

Syndic qui cumule les avantages d’un cabinet familial et les bénéfices d’un groupe (CE, TR, …) recherche pour son site de Nantes un gestionnaire copropriété de 4 à 5 ans d’expérience pour gérer un portefeuille d’environ 800 lots.

CV à envoyer à hvanderwegen@sergic.com

Quand le copropriétaire pense écologie !

Quand une copropriétaire lors d’une assemblée générale extraordinaire (immeuble dans le 16ème) explique qu’elle avait pensé faire pousser des patates sur la toiture terrasse pour des questions d’économie de chauffage ….

#mefautuncafétriple #patateschaudes

Quand rien ne va, rien ne va !

Problème de RER, je préviens mon prospect qui est un de mes anciens clients.

Il me répond qu’il n’est pas inquiet. Il avait anticipé car il sait que j’ai la chance de vivre sur le RER B qui a souvent des avaries.

Après le RER qui foire, je rate le bus. La Ratp et moi ne sommes pas amis aujourd’hui.
Toujours est il que je ne me laisse pas à abattre et décide d’optimiser la situation. J’ai maintenant 10mn pour attraper de quoi petit déjeuner. Je cours chez le boulanger.
Il me demande si je veux une viennoise, je réponds que si j’en voulais une, j’irais en Autriche. Ça le fait rire. Je me dis qu’il est gentil de rire à mes bêtises.

Je ressors avec un café bio, fraîchement moulu et un de ces cookies au chocolat blanc et noix de pécan dont je raffole… pour voir le bus à l’arrêt avec 5mn d’avance…

Je cours pour l’attraper en oubliant que j’ai un café chaud à la main et un cookie dans mon sac. Je me renverse le café bouillant sur la main et les cuisses.

Rien n’arrête ma course folle et je continue avec le cookie toujours dans mon sac… Jusqu’à ce qu’il décide lui aussi de se faire la malle et se retrouve hors de l’emballage et par terre.

Pfiouuuu

Je continue toujours. J’arrive à l’arrêt de bus qui démarre au moment où j’appuie sur le bouton d’ouverture de la porte.

Je suis si ridicule et empotée, le bras tendu vers un bouton fantôme, embaumant le café juste moulu et bio, que j’éclate de rire.

Y a des jours où rien de va et ce lundi s’annonce assez de ces jours-là.

C’est à ce moment que le bip de mon portable retentit et que je découvre un message de mon client qui me dit de prendre mon temps et qu’en attendant, il va me préparer du café et des madeleines. Bon. Voilà qui illumine une journée qui s’annonce bien morne.

J’arrive à l’immeuble. Je le regarde. Je regarde l’interphone, pas de nom de client. Je me demande ce qui se passe. Je regarde le nom de la rue, le numéro, vérifie l’adresse envoyée par mon client … tout est ok. Je l’appelle. Il me dit qu’il est en bas mais ne me voit pas. Très curieux. On raccroche.
Il me rappelle et me demande si je suis rue ou boulevard X. Bingo. Je suis dans la rue alors que l’immeuble est sur le boulevard. Il éclate de rire. Moi je rigole moyen surtout que c’est lui qui m’a donné l’adresse du rendez-vous.

J’attrape un scooter en libre service, je file à l’immeuble en 10 mn. J’arrive devant le bâtiment. Mon client attend devant avec la gardienne. On en fait le tour et là il me déclare :
– Bon maintenant, juste entre nous, vous pouvez me le dire ! Vous ne trouvez pas que notre immeuble est mieux que celui de la rue X ?

– ……

– Non parce que je voulais avoir votre avis. Ma belle mère compte y acheter un bien.

#mefautuntriplecafé