Une série sur les gestionnaires de copropriété pour casser les préjugés !

J’ai été interviewée par l’équipe de Yann Le Quellec et cela s’est vraiment bien passé dans une ambiance pleine de bienveillance.

C’est un premier moyen simple d’oeuvrer pour la profession en expliquant qui nous sommes, ce que nous faisons au quotidien, en étant nous tout simplement.

Je lui ai proposé de l’aider à trouver d’autres candidats et je vais lui recommander certains d’entre vous très atypiques même si tous les gestionnaires sont atypiques en réalité.

Une maquette sera faite et proposée à des sites de diffusion puis une fois un site trouvé, le reste de la série sera montée si j’ai bien tout compris.

Ils ne savent pas encore bien comment ils monteront leurs podcasts si ce sera des bouts de témoignages mélangés ou un podcast/un portrait.

Il vient de m’envoyer une annonce que je vous diffuse :

« Le producteur Yann Le Quellec développe actuellement une série de podcasts sur les gestionnaires de copropriété. En rencontrant des syndics et leur faisant parler de leur métier, il veut faire découvrir avec humour et sensibilité ce métier trop peu connu.Si vous êtes disponibles pour vous faire interviewer, nous serions ravis de nous rendre dans vos bureaux ou chez vous pour vous enregistrer. Nous sommes aussi à la recherche de lettres, mails, ou notes vocales que vous avez reçus de copropriétaires, et qui vous ont marqués. Toutes vos perles sont les bienvenues, les plus drôles comme les plus émouvantes. Tout sera bien sûr anonymisé, pour être lu dans le podcast soit par vous, soit par des comédiens.N’hésitez pas à nous contacter sur contact@whitelightfilms.fr ou au 01.80.48.21.99 !« 

Professionnels de la copropriété, rejoignez la Fédé !

Plus de 2000 membres ! C’est énorme pour un groupe professionnel surtout quand 95% des membres sont actifs, ce qui signifie qu’ils se connectent chaque jour pour en suivre les publications.

La FFGCR est un groupe de gestionnaires, pris au sens générique du terme à savoir ceux qui contribuent à gérer les immeubles en copropriété, pour gestionnaires. C’est même le premier groupe qui a proposé cela.

Nous contribuons, à notre manière, à améliorer nos conditions de travail et à promouvoir le métier en discutant entre nous, sur le groupe. 

En effet, c’est en échangeant sur nos conditions de travail que nous en avons une meilleure connaissance de notre environnement et que nous pouvons mieux nous positionner (salaire, cabinet, conditions de travail).

Partager aussi nos offres et demandes d’emploi, nous coopter entre nous, permettre le tissage d’un réseau professionnel, la création des liens entre nous, c’est un peu magique.

Nous sommes partout en France, dans tous les types de structures et à tous les postes. Notre Fédé est une immense toile posée sur le monde de la copropriété française.

Gestionnaires ! Rejoignez nous ! Utilisez ce réseau ! Venez vous connecter avec les autres gestionnaires ! Venez vous enrichir professionnellement grâce à ce groupe.

C’est aussi un endroit où vous pouvez partager des anecdotes, votre désarroi, des éclats de rire, des victoires, discuter sur des problématiques métier, trouver de l’information et échanger sur du « savoir- faire » ou du « savoir-être » client. C’est un endroit où chaque membre peut évoluer et grandir, enrichir les autres aussi.

C’est un endroit dans lequel vous ne vous sentirez plus seuls dans votre quotidien professionnel.

N’oubliez pas également que les gestionnaires du début du groupe sont devenus les directeurs d’aujourd’hui. C’est dans notre groupe que se trouvent les décideurs du monde de la copropriété d’aujourd’hui et que sont en train de naître ceux de demain.

Ils lisent les problématiques, les vivent aussi. Leur management et vision du métier en est forcément impactée.

Tous ces petits riens semblent dérisoires isolés mais mis bout à bout font un ensemble essentiel.

#ensemblenousseronsplusforts

Rejoignez la Fédération Française des Gestionnaires de Copropriété en cliquant ici.

Quand Petit Syndic découvre les copropriétaires alsaciens

Ca y est ! J’ai pris mes museaux et mes bagages puis j’ai filé à l’est, du côté de Strasbourg. Mes prochaines aventures de syndic seront celles d’un syndic parisien qui découvre les charmes de la copropriété en Alsace.

Aujourd’hui j’ai fait ma première visite d’immeuble et assisté à mon premier conseil syndical. La résidence fait 120 lots. Les copropriétaires n’avaient pas eu le temps d’être encore prévenus et m’ont découverte un peu circonspects. Leur premier réflexe, naturel, a été d’essayer de voir si j’avais la carrure et de me jauger derrière mon masque.

On m’avait prévenue au bureau avant le rendez-vous. Il paraît qu’ils sont infects. La gestionnaire que je remplace s’est faite insulter et ainsi de suite. J’étais donc sur mes gardes.

Je me présente. Ils font la tronche. Ils se font malgré tout à l’idée et me demandent si j’ai de la bouteille. Ouioouui 25 ans. Je suis plus âgée que je n’en ai l’air et cela leur plaît.

Certains me prennent à part pour m’expliquer que la copropriété est compliquée. Bon. J’écoute en leur expliquant que ce n’est pas très encourageant comme entrée en matière. Je coupe court assez vite. Me tournant vers l’intégralité des membres du conseil syndical présents, je leur lance, très solennelle :

– Je tenais à vous dire aussi … « bon courage à vous ».

Je marque un temps d’arrêt pendant lequel ils se regardent sans doute en se demandant s’ils ont bien compris.

– Oui ! Bon courage à vous ! C’est que je n’ai pas la réputation d’être facile facile. Ça risque d’être compliqué pour vous de supporter mon caractère donc « bon courage » !

D’abord interloqués, ils se sont mis ensuite à éclater de rire.

Ouf ! Bingo ! Copropriétaire qui rit, copropriétaire acquis ! Je me suis mise à rire moi aussi.

À la fin de la réunion, j’en ai profité pour rajouter une couche :

– Je vous avais bien dit que j’étais infernale.

Ça les a fait marrer. Il semblerait qu’en définitive je ne sois pas si terrible que ça et que la réunion se soit bien passée.

Mais mais … et ma réputation ? J’espère qu’ils ne le répéteront à personne ! 😉

Moi aussi je les ai trouvés mignons en fait mais ça, c’est entre vous et moi. A eux, je leur expliquerai toujours, en souriant, qu’ils sont impossibles et me rendent chèvre. C’est qu’ils ont l’air de tenir à être vus comme ça et moi, cela ne me dérange pas de leur faire plaisir.

Comme dirait mon recruteur préféré qui me lira peut-être et à qui je dédie cette anecdote pour le remercier pour mon nouveau travail : « votre plaisir est le mien ».

En tous cas, ça fait un bien fou de retourner sur le terrain.

#mefautuntriplecafé