Les gestionnaires de copropriété sont à nouveau révoltés !

Il y a quelques semaines, je vous parlais de la Fédération Française des Gestionnaires de Copropriété Révoltés.

Il s’agit d’une communauté facebook comprenant ce matin 1522 membres, tous professionnels de la copropriété. Ce chiffre est toujours à mettre en rapport avec le nombre de gestionnaires de copropriété qui est estimé entre 8000 et 9000 (absence de statistiques précises).

La Fédération Française des Gestionnaires de Copropriété Révoltés (F.F.G.C.R.) a été créée en octobre 2008 dans un cri de révolte humouristique, un vendredi après-midi pour différentes choses comme notamment :

– les émissions de Capital sur les syndics

Plus que révoltés, nous sommes principalement réunis. Le R qui signifiait la révolte du début avait donc évolué à un R dont l’intention était de marquer la réunion.

Aujourd’hui, avec la réforme de la copropriété, les propos méprisants des politiques, des différentes associations, nous reprenons le R de la Révolte, celui de la Révolte du début contre le syndic bashing systématique que nous dénoncions déjà, il y a plus de 10 ans, en 2008 dans les débuts de notre création.

HALTE AU SYNDIC BASHING !

Il n’y a pas que la FNAIM et l’UNIS qui peuvent s’exprimer !  Nous aussi nous pouvons ! Nous aussi nous sommes révoltés ! Nous sommes d’autant plus légitimes à le faire que ce sont nos membres qui font face aux clients et qui subissent au quotidien les conséquences du syndic bashing !

Nous pouvons faire bouger les choses, exprimer notre point de vue, hors des structures traditionnelles de syndicat ou d’association, sous la forme de communauté de multiples façons :

  • à l’intérieur de la communauté

Imaginez que nous avons exactement 1324 membres actifs. Ce qui signifie qu’une moyenne de 1324 membres se connectent chaque jour sur le groupe pour y lire les publications ou participer par un commentaire ou un like aux échanges ! 1324 sur 1522 membres !

Avec le temps les révoltés évoluent. Les assistants deviennent gestionnaires, les gestionnaires, directeurs ou chefs d’entreprise. Certains ont investi les associations professionnelles comme la Fnaim ou l’UNIS. Nos membres sont les décideurs actuels ou les futurs décideurs du monde de la copropriété.

Chacun peut exprimer librement son point de vue sur le groupe, être entendu et lu par tous les membres y compris par ces fameux décideurs actuels ou en herbe.

  • à l’extérieur de la communauté

Les sujets qui sont débattus sur le groupe, comme par exemple les discussions autour des salaires en copropriété, remontent parfois jusqu’aux organisations comme la FNAIM ou l’UNIS. Ces sujets font réfléchir, les commentaires de nos membres aussi.

Certains de nos membres publient aussi des articles pour répondre aux politiques, aux associations de consommateurs diverses, et à leurs absurdités multiples.

Professionnels de la copropriété, rejoignez la fédé ! Bienvenue chez vous !

Ensemble nous serons plus forts !

Quand m’envoyer en AG relève du « sauvez Willy »

Je n’avais pas la super forme. C’était un jour du « jaipasenvie ».
Après 3 convocations, il était malgré tout temps d’aller en assemblée générale. Je traînais des pieds.
Je prenais mon dossier au moment où une avalanche tombe. J’étais dépitée.
Mes gestionnaires ont décidé de prendre les choses en main :
L’un a enfilé sa veste et m’a expliqué qu’il allait me déposer.
L’autre a vérifié mon dossier d’assemblée générale. Il n’y avait pas de procès verbal, pas de feuille de présence.
Je n’ai même pas eu le temps de râler qu’il avait déjà attrapé son imprimante portable (la mienne est HS), l’avait testée sur mon portable et avait tout fourré avec mon dossier dans un sac à roulettes.
L’autre a attrapé le sac et m’a poussée gentiment mais fermement vers sa voiture, a ouvert la porte, m’a installée et s’est dirigée vers ma salle de réunion.
10 mn plus tard, sans avoir eu le temps de dire « ouf » j’ai été déposée avec mes sacs dans la salle.
J’avais l’impression qu’ils avaient monté une opération commando juste pour moi et que j’étais la personne à sauver. lol
Toujours est-il que j’étais prise au piège, dans la salle, face aux copropriétaires… plus moyen de m’échapper.
Bref j’ai tenu l’AG. J’étais un peu obligée quand même. Lol
#mefautuntriplecafe

Publicités

Quand la réunion se tient sous le regard de Dieu !

Convoquer une assemblée générale pour un immeuble de 150 lots : check

Me retrouver avec les copropriétaires le soir-dit, sur le trottoir, devant une salle paroissiale réservée mais que l’église avait oublié d’ouvrir pour la réunion : check

Me retrouver obligée d’interrompre la messe au moment de la distribution des osties pour faire ouvrir la salle : check

Me faire courser et vilipender, à travers l’église, par un fidèle qui tenait à m’expliquer la vie et le caractère sacré du rituel de la distribution du corps du Christ : check

Avoir la salle enfin ouverte après des problèmes de clefs et autres : check

Voir débarquer le prêtre en soutane en pleine assemblée générale pour m’engueuler : check

#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire est contre l’état policier !

Discussion au cours d’une assemblée générale entre un président de conseil syndical et une copropriétaire :

– Donc la réquisition permanente aux forces de police est …

– Je m’en fiche. Je vote contre ! Nous sommes déjà dans un état policier. Je refuse que les forces de police puissent pénétrer dans l’immeuble. Je suis pour la solidarité et que l’on puisse accueillir ceux qui en ont besoin.

– Mais si vous avez un squat, vous ne pourrez pas appeler la police pour leur demander d’intervenir sans cette autorisation.

– Je m’en fiche ! Je vote contre ! Puis de toute manière, qu’est-ce que cela peut vous faire ? Pourquoi on en parle ? Je suis seule à voter contre, minoritaire. Ca ne change rien pour l’acceptation de la décision.

La réunion se poursuit.

Quelques minutes plus tard, le président du conseil syndical explique le projet de sécurisation de la résidence. La copropriétaire intervient :

– Oui. Il faut renforcer la sécurité. C’est une priorité de le faire avant tous les autres travaux.

Le président du conseil syndical lui répond :

– Je vous préviens que je vais voter contre et que je demande à tous les copropriétaires de suivre mon avis.

La copropriétaire se disant que les travaux ne passeront pas :

– Mais il y a des vols, des intrusions dans les parties communes. Cela serait quand même mieux de renforcer la sécurité de l’immeuble.

Le président du conseil syndical :

– J’étais pour les travaux mais vous m’avez convaincu tout à l’heure. Nous sommes dans un état déjà assez policier. Je ne ferai rien pour renforcer le pouvoir des forces d’oppression. Je ne refuserai pas non plus l’entrée de l’immeuble aux pauvres sans abris, trafiquants et autres voyous qui n’auraient pas d’autres moyens de s’abriter.

Voilà voilà

#mefautuntriplecafé

 

Quand le copropriétaire complimente le syndic !

Le Président du Conseil Syndical, après l’assemblée générale, une fois que mon gestionnaire était parti, pendant que je remballais mes affaires :
– On va bien s’entendre tous les deux. C’est bien que vous soyez venus. On apprécie aussi le nouveau gestionnaire.
Moi :
– Tant mieux.
Le PCS, déclamant, tragique d’un coup :
– Si votre ramage se rapporte à votre plumage, je serais le plus heureux des hommes.
Moi, septique :
– Pas sûre que ce soit un compliment ça…
Lui triomphant :
– Ah ben si ! Je n’ai pas parlé d’hirondelle.
#mefautuntriplecafé

 

Quand le copropriétaire relance un architecte !

Quand un de mes copropriétaires relance l’architecte de l’immeuble et pense qu’il fait de l’humour :

« Ah mon Patrick chéri,
Quelle joie d’avoir de tes nouvelles.
Tu m’as manqué.
Presque deux mois pour avoir un rendez vous avec toi depuis mon SMS du 25 Janvier…(2017…).
C’est long !
Oui je serai là le Mardi 28 Mars,à 12h précises.
A bientôt mon gros lapin. »

Réponse de l’architecte :
« Monsieur,
J’ai un instant pensé qu’il s’agissait effectivement d’une réponse humouristique de votre part, mais j’ai également pensé que votre boîte mail avait été piratée par une messagerie rose…  »

#mefautuntriplecafé

Quand le client veut un ordre du jour !

Quand tu expliques à tes clients les délais de convocation, que tu leur indiques qu’il faut que ta convocation parte avant la fin de la semaine s’ils veulent que tu puisse convoquer dans les délais.

Ils t’envoient l’ordre du jour complémentaire à retravailler, le vendredi à 17h30, sachant que le cabinet ferme à 17h.

Ils accompagnent leur projet d’un petit mot te précisant que les points sont à retravailler et insérer dans la convocation « à faire partir d’ici demain » … Lol

Tu leur réponds que tu ne pourras pas faire partir ta convocation en expliquant pourquoi mais tu es sûre que quand tu ouvriras ta boîte mail, il y aura un message expliquant à quel point tu es une brêle, mets de la mauvaise volonté et que tout est de ta faute.

#mefautuntriplecafé

Quand le gestionnaire est en week-end !

Quand tu es gestionnaire de copropriété et que tu te retrouves devant la cathédrale de Reims, en vadrouille avec un autre gestionnaire, et que tu vois qu’il y a des travaux en cours, bien que fais-tu ?
Tu vérifies le descriptif technique des travaux, évalues la cohérence des coûts, des délais de réalisation, et de la superficie.
Puis tu dissertes sur le reste des travaux à entreprendre et leur coût … tu construis un plan pluriannuel … normal quoi … non ? lol

#mefautuntriplecafé

61995275_996281174094973_4248710828934561792_n.jpg