Professionnels de la copropriété, rejoignez la Fédé !

Plus de 2000 membres ! C’est énorme pour un groupe professionnel surtout quand 95% des membres sont actifs, ce qui signifie qu’ils se connectent chaque jour pour en suivre les publications.

La FFGCR est un groupe de gestionnaires, pris au sens générique du terme à savoir ceux qui contribuent à gérer les immeubles en copropriété, pour gestionnaires. C’est même le premier groupe qui a proposé cela.

Nous contribuons, à notre manière, à améliorer nos conditions de travail et à promouvoir le métier en discutant entre nous, sur le groupe. 

En effet, c’est en échangeant sur nos conditions de travail que nous en avons une meilleure connaissance de notre environnement et que nous pouvons mieux nous positionner (salaire, cabinet, conditions de travail).

Partager aussi nos offres et demandes d’emploi, nous coopter entre nous, permettre le tissage d’un réseau professionnel, la création des liens entre nous, c’est un peu magique.

Nous sommes partout en France, dans tous les types de structures et à tous les postes. Notre Fédé est une immense toile posée sur le monde de la copropriété française.

Gestionnaires ! Rejoignez nous ! Utilisez ce réseau ! Venez vous connecter avec les autres gestionnaires ! Venez vous enrichir professionnellement grâce à ce groupe.

C’est aussi un endroit où vous pouvez partager des anecdotes, votre désarroi, des éclats de rire, des victoires, discuter sur des problématiques métier, trouver de l’information et échanger sur du « savoir- faire » ou du « savoir-être » client. C’est un endroit où chaque membre peut évoluer et grandir, enrichir les autres aussi.

C’est un endroit dans lequel vous ne vous sentirez plus seuls dans votre quotidien professionnel.

N’oubliez pas également que les gestionnaires du début du groupe sont devenus les directeurs d’aujourd’hui. C’est dans notre groupe que se trouvent les décideurs du monde de la copropriété d’aujourd’hui et que sont en train de naître ceux de demain.

Ils lisent les problématiques, les vivent aussi. Leur management et vision du métier en est forcément impactée.

Tous ces petits riens semblent dérisoires isolés mais mis bout à bout font un ensemble essentiel.

#ensemblenousseronsplusforts

Rejoignez la Fédération Française des Gestionnaires de Copropriété en cliquant ici.

Quand le syndic manque de sens commercial !

J’ai eu un échange il y a quelques mois avec une copropriétaire qui me demandait un rendez-vous. Bien sûr, il fallait que je sois disponible au moment où elle avait décidé que je devais l’être, ce qui n’est pas toujours possible.

En copropriété, en effet, les réunions sont souvent fixées à l’avance, les copropriétaires sont convoqués officiellement en assemblée générale et ainsi de suite.

Il n’est pas possible de déplacer une réunion au dernier moment, juste parce qu’une copropriétaire qui est sur Paris et disponible à ce moment-là, exige de me rencontrer. J’ai essayé de lui expliquer et lui ai proposé de faire une visio qu’il serait plus facile de caler puisque la contrainte de lieu n’existait plus.

Prenant ma réponse pour un affront que je lui faisais, elle a entrepris de m’expliquer que :

  • j’avais un sens du service client en dessous du niveau de la mer.
  • elle, à ma place, elle aurait annulé immédiatement ses réunions ou assemblées générales, pris du temps le soir si besoin ou le matin à l’aube, juste pour la recevoir.

En gros, la copropriétaire m’a expliqué que la bonne gestion d’un agenda professionnel était de le faire avec la logique d’un enfant de 2 ans en appliquant le principe du « c’est le dernier qui demande qui obtient » pour organiser mes rendez-vous.

Mais bien sûr !

D’ailleurs il parait qu’elle le fait constamment sans hésiter dans son cadre professionnel et que ça marche.

Mais bien sûrrrrrrrrrrrrrr !

J’ai failli lui demander si annuler un rendez-vous programmé de longue date, au dernier moment, pour privilégier un rendez-vous demandé au dernier moment, n’était pas un chouïa irrespectueux pour la personne qui avait pris le rendez-vous.

Je n’ai rien dit parce que cela ne sert à rien parfois de vouloir argumenter. La copropriétaire n’aurait retenu de ma réponse que ce qui l’aurait confortée dans ses idées d’être maltraitée par son syndic. C’est ce que l’on appelle le biais de confirmation.

Elle a finalement consenti à accepter ma première proposition de rendez-vous en visio qui a finalement duré 5 minutes et beaucoup moins que toutes les discussions pour le refuser comme quoi … Bref.

#mefautuntriplecafé