Livre de Petit Syndic, management à distance etc !

Je vous avais annoncé la sortie de mon livre pour début avril.

Je n’ai pas pu tenir les délais.

La gestion de la crise du coronavirus ne se fait pas sans mobilisation et énergie. Le télé travail c’est une possibilité incroyable mais manager à distance est une forme de management inédite pour moi.

Je me remets en question constamment. J’apprends qu’il faut beaucoup plus de tout quand on manage de loin : d’attention, de communication écrite et orale, des moyens de communication multipliés, de patience, de souplesse, de réactivité … tout en gardant un cap qui peut être remis en question du jour au lendemain. C’est ce que l’on appelle la gestion de crise.

Il faut garder le lien avec ceux qui ne travaillent pas, qui ne vont pas toujours bien et essayer de sortir avec un esprit d’équipe renforcé.

Je mesure la chance que j’ai d’avoir une équipe formidable : responsable, autonome, solidaire. Ils bossent plus que d’habitude. Mes gars sont géniaux. Ils ont naturellement pris le relai dans le maintien du lien avec les autres.

Je suis particulièrement heureuse de savoir que je peux compter sur eux à 100% et que je n’ai pas besoin de contrôler, juste besoin de rappeler la ligne parfois et de faire un point de temps en temps pour savoir où on en est.

On fait des apéros quizz, on se donne des nouvelles, on partage des desserts, apprend à se connaître mieux. Les peines des autres nous affectent et on essaye d’être là à distance.

Puis il y a les copropriétaires, les employés à rassurer, eux qui sont confinés et qui font preuve d’impatience, d’excessivité parfois, qui ont plus de temps pour envoyer des messages, appeler. On garde le lien, fait des réunions en visio, des visites d’immeuble par whatsapp, gère les problèmes qui prennent des proportions délirantes parfois en cette période.

On doit continuer de récupérer les paiements des copropriétaires, payer les factures surtout celles des artisans, les salaires des employés, assurer que les immeubles continuent de tourner, que les fournisseurs survivent aussi.

On fait comme on peut. On fait de son mieux et on continue d’avancer !

On est fiers d’être sur le front, de la confiance qui nous a été donnée par notre direction. On a l’impression d’être un maillon important et de devoir tenir bon parce que maintenir l’activité de la société, du service, c’est important pour chacun des membres de l’équipe. C’est une manière de préserver le travail de tous. On a conscience qu’il faut être meilleurs que d’habitude.

Puis on se forme aussi. On travaille à des formations également.

On a nos proches aussi qu’il faut soutenir, accompagner à distance. Parfois on a avec soi des enfants.

Les journées ne sont pas assez longues. On ne bouge pas physiquement mais un nouveau marathon intellectuel et émotionnel commence chaque matin.

C’est épuisant. Moi qui dors habituellement 5 heures maximum par nuit quand je fais des grasses matinées, je commence à tomber de sommeil à 21h déjà et mes nuits ont souvent entre 8 et 10 heures. Le soir et le week-end, je suis trop fatiguée pour travailler sur la fin de mon livre. Pour y arriver, il faudra attendre la fin de cette période compliquée.

Bon courage à tous, merci à ceux qui avaient fait des pré commandes. Ce n’est que partie remise.

N’oubliez pas : restez chez vous le plus possible.

Quand le syndic est en pleine forme !

Le week-end, je vous raconte des anecdotes en lien avec ma vie :

J’avais rendez-vous un matin à Montmartre.

L’ascenseur du métro était en cours de remplacement et je me suis retrouvée à monter les marches avec mon ordinateur sur le dos.

Arrivée au bureau, j’explique, fière comme un paon (jeu de mot avec mon nom qui signifie celui qui fait le paon) :

– j’ai monté les marches du métro Lamarck Caulaincourt. Je suis sûre que je peux m’inscrire à la verticale de la Tour Eiffel ! J’ai une de ces formes !

On regarde sur internet avec mes collègues.

Larmarck Caulaincourt : 112 marches.

La Tour Eiffel : … heu …

Voilà voilà …1665 marches du sol au sommet …

J’ai de ces impulsions parfois !!! lol

Ca ne va pas être tout de suite la Verticale et moi …

#mefautuntriplecafé

Coronavirus : expertise dégât des eaux !

Quand l’assistante de l’expert d’assurance appelle :

– Bonjour. Je vous propose une expertise le 5 avril à 10h. Nous ne nous déplacerons pas donc on peut la faire en visio ?

– D’accord.

– Mais vous serez sur place ?

– Je suis syndic. Je ne vis pas à l’immeuble. Si, vous, vous ne voulez pas prendre de risque d’y aller, vous n’attendez pas quand même que, moi, je prenne ce risque, que vous ne voulez pas prendre, pour y aller ?

– Non bien sûr ! Comment fait-on alors ?

– Et si on décalait le rendez-vous en juin 2020 ?

– Oui c’est bien.

Voilà voilà

#mefautuntriplecafé

Coronavirus : le pré état daté !

Quand le négociateur d’un autre cabinet m’appelle pour demander un pré état daté et qu’il est tellement soulagé d’avoir quelqu’un en cette période de coronavirus, que pour me remercier, il m’annonce :
  • si en tant que syndic, tu as besoin d’un pré état daté, n’hésite pas à m’appeler, je te rendrai la pareille.
Heu …
Mouais …
Enorme éclat de rire !
J’ai failli lui demander comment on allait faire pour le renvoi d’ascenseur pratiquement et s’il fallait que je lui envoie tous mes notaires mais je n’ai rien dit.
J’ai simplement souri.
En fait bosser actuellement, être réactive, continuer à gérer les immeubles, c’est aussi une manière de contribuer à la lutte contre ce virus.
Voici l’histoire que je me raconte chaque matin difficile, quand le confinement se fait trop lourd et que rester chez moi devient trop compliqué.
Je m’imagine au front sur la zone de combat, en train de contribuer à mon petit niveau à maintenir l’entretien des immeubles, l’activité de ma boîte et le travail de mes collègues.
C’est peut-être arrogant mais il faut bien s’encourager comme on peut.
Il parait que le sourire passe par le téléphone. J’espère vraiment.
#mefautuntriplecafé

Histoire d’amour et de copropriété !

Quand je me retrouve à écrire à un copropriétaire ce genre de courrier :
« (…) En plus des nuisances olfactives et auditives, le fait de laisser la porte de secours ouverte sur le hall amène un va-et-vient des clients du restaurant dans les parties communes, ce qui pose des problèmes de sécurité.
A titre anecdotique, je vous informe que certains clients ont été surpris en train de faire l’amour dans la cage d’escalier. S’ils pouvaient se retenir, ce serait préférable. (…) »

Va-et-vient … se retenir #gainsbourg #birkin 

Bien je sais que vous aurez du mal à le croire mais le propriétaire n’a pas remarqué mon allusion à la chanson ni mes jeux de mots… 😉

#mefautuntriplecafé

 

Coronavirus : Quand le syndic fixe son planning d’AG

Depuis la semaine dernière, je rappelle mes Présidents de Conseils Syndicaux et recale mes nouvelles dates d’Assemblée Générale. Je tombe sur Madame K :
  • On est sauvés Madame DIOP ! On est sauvés ! Je suis si contente ! C’est chouette que vous m’appeliez. J’allais vous appeler pour vous le dire.
  • Ah ?
  • Oui ! Les chinois sont en Italie !!! Ils sont venus en renfort ! Moi j’aime beaucoup les chinois ! Vous les aimez aussi ?
  • Heu … oui bien sûr !
  • Ils sont merveilleux ! On est sauvés ! Puis il faut boire de l’eau argileuse à grain à jeun !
  • D’accord ! D’accord !
Bon … ça s’annonce folklo !

Quand la gestionnaire est Luckynaf !

Le week-end, je vous raconte des anecdotes un peu plus privées.

Là, il s’agit d’une discussion sur réaliste avec un de mes anciens boss :

– Et ça? vous l’avez fait ?

– Oui. Je vous ai mis en copie d’ailleurs.

– Oui mais avec vous je ne sais plus. Vous êtes trop réactive et rapide.

Heu … Pourquoi c’est un défaut d’un coup ? Lol.

#mefautuntriplecafe