Quand le syndic ne rentre pas dans les cases !

Nous étions au bureau en train de recevoir un client potentiel qui avait sollicité nos services pour gérer sa copropriété :

– Bonjour Monsieur. Je suis Petit syndic et ravie de vous recevoir.

Mon collègue :

– Egalement, blablabla.

Moi :

– Et si vous commenciez à nous parler de votre copropriété ?

Le client potentiel :

– Je suis ravi que vous ayez accepté un rendez-vous si vite. On va peut-être attendre le directeur non ?

Moi :

– C’est moi. Nous pouvons y aller.

Lui, tout perdu :

– Ah bon ? Bon …

C’est que l’on brouille les pistes aussi. Les « à priori » n’ont pas la vie facile avec nous … je suis directeur mais femme, avec un nom africain mais blanche. Pauvres clients !

Fichu syndic qui refuse de rentrer dans les bonnes cases et fait tout pour déstabiliser !

#mefautuntriplecafé

Publicités

Quand le copropriétaire attend l’entreprise !

– blablablabla, je relance la société pour qu’elle intervienne.
– D’accord mais du coup, vous pensez que ce sera fait pour quand ?
– Ben je ne gère pas le plannig des sociétés vous savez ! Ils vont vous appeler.
– Oui je comprends mais ils vont appeler quand ?
Bon ……….. duraille certains lundis !

#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire vérifie le fonctionnement de son chauffage !

Le président du conseil syndical nous explique :

– Madame X m’a interpellé à propos du chauffage pour m’expliquer qu’il n’y a pas de chauffage chez elle.

– Ah bon ? Mais il s’agit d’un chauffage au sol non ?

– Oui ! Je lui ai expliqué que lorsque l’on parle de chauffage au sol, cela signifie qu’il n’y a pas de radiateur.

– Mais on a fait régler toute l’installation, non ?

– Oui. il n’y a pas longtemps. Tout marche parfaitement. On a assez passé de temps dessus d’ailleurs.

– Mais quel est son problème alors ?

– Vous n’étiez pas encore là mais il faut savoir qu’elle était contre …

Puis après un temps d’arrêt, il explique avec un coin de malice dans les yeux :

– Donc je lui ai expliqué comment vérifier si tout fonctionnait bien. Je lui ai proposé de prendre un thermomètre mais elle n’en avait pas. Donc, je lui ai dit d’utiliser la méthode traditionnelle.

Prenant le conseil à témoin :

– Il n’y a que ça finalement les méthodes à l’ancienne ! Donc pour savoir si on est chauffé, il suffit de marcher pieds nus mais pas que … il faut surtout, avant de marcher, plonger ses pieds dans une bassine d’eau froide… Bien oui ! C’est en marchant avec les pieds nus et froids, qu’elle sentira si le sol est chaud.

J’allais éclater de rire en imaginant la copropriétaire plonger ses pieds au milieu des glaçons, quand le président du conseil syndical a rajouté :

– Je lui ai dit aussi qu’il fallait faire « attention » ! Le chauffage au sol de son logement est surtout profitable au logement sous le sien. Elle, elle est chauffée par le sol du logement au dessus.

– Ah ?

– Oui ! Le chauffage au sol dans l’immeuble est un peu particulier. Chez nous, le chauffage du sol d’un logement sert à chauffer le logement du dessous.

Moi, arrivant de plus en plus mal à réfreiner un éclat de rire monstrueux :

– Mais les pieds glacés alors ? Il faudrait qu’elle marche sur son plafond pour voir s’il chauffe.

Avec un grand sourire, le président a répondu :

– Tout à fait ! Je lui ai expliqué que cela semblait difficile à réaliser. Ceci dit, elle peut toujours aller avec sa bassine chez son voisin du dessus pour vérifier.

Voilà voilà

#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire vérifie les comptes !

Accueil du Président du Conseil Syndical :
– Bonjour Monsieur C.
– Bonjour Madame. J’espère que les comptes sont carrés sinon je taille les oreilles de votre comptable en pointe.
– Lol. Vous voulez des ciseaux ? Ce sera plus facile.
– Non Madame. Moi je fais tout avec les dents.
– Vous avez raison ! C’est bien plus pratique et écologique voire économique !

Voilà voilà !

#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire optimise le coût de la sécurité incendie !

Alors qu’ils me demandaient quelles étaient les règles en matière d’extincteurs pour leur immeuble vu le coût prohibitif du contrat de maintenance (77 euros à répartir sur 20), je leur expliquais que :

– blablabla … donc vous êtes un immeuble qui ne reçoit pas de public, n’a pas d’ascenseur ni de chauffage collectif. Si vous voulez retirer des extincteurs parce que vous en avez à tous les étages et que vous en voulez moins, vous pouvez. Si vous voulez résilier le contrat, vous pouvez aussi.

Monsieur X inquiet :

– Mais que se passe-t-il en cas d’incendie ?

Avant que je n’ai eu le temps de répondre, Monsieur Y est intervenu :

– Bien aucun soucis. On mettra en accusation notre syndic parce que c’est lui qui nous conseille de retirer les extincteurs.

Monsieur X dubitatif :

– Mais l’immeuble aura brûlé quand même. Peut-être que …

Monsieur Y, catégorique, lui coupant la parole :

– Mais aucun problème je vous dis ! C’est le syndic qui sera responsable.

Puis, se tournant vers moi :

– C’est bien ça ?

Ben voyons ! Morte de rire.

#mefautuntriplecafé

Proposition de sortie : Tutto Ponti, Gio Ponti archi-designer

Gio Ponti (1891-1979), architecte du 20ème est mis à l’honneur à travers la première rétrospective de son travail en France.

Il a bouleversé l’architecture d’après-guerre.

500 pièces sont présentées montrant tout son parcours pluridisciplinaire (architecture, mobilier, aménagements pour des demeures privées ou des bâtiments publics).

du 19 octobre 2018 au 5 mai 2019

Au musée des arts décoratifs au 107, rue de Rivoli – 75001 Paris.

Quand le copropriétaire est relancé !

Mail du jour !
Un classique du genre :
« Nous recevons avec mon père, en copie de cet e-mail, différences relances pour des charges non payées. A aucun moment nous ne recevons vos factures, ni le décompte des charges.
Pourriez-vous nous contacter au plus vite pour nous expliquer le détail des règlements que vous nous demander par courrier recommandé ? »
Ben voyons !!!
Les courriers simples non ! Les RAR oui !
Sa boîte aux lettres est plus sélective qu’un videur à l’entrée d’une boîte de nuit sur les Champs !
#mefautuntriplecafé