Quand le syndic est une star !

Mail reçu d’un Conseil Syndical pour ma prochaine réunion :
« Vous trouverez en PJ la facture correspondant à l’achat de matériel de sonorisation destiné aux assemblées générales de la copropriété XXXXX.
Cet achat a été validé par le conseil syndical. »
J’ouvre la pièce jointe et je vois qu’il s’agit d’une facture amazon pour la livraison de :
« Ibiza Port 8 VHF – Enceinte sono portable – Haut
parleur avec micro sans fil et micro fil et lecteur
MP3 (USB SD, chassis ABS, batterie longue
durée) | B00AJPPJUM »
Voilà voilà … mes copropriétaires ont décidé, sans m’en avertir ou me demander mon avis, qu’ils allaient mettre une sono lors de la réunion et que je parlerai dans un micro.
Manque que la boule à facette !
#PetitSyndicSuperStar

#Mefautuntriplecafé

 

Quand le copropriétaire est juriste !

Dans cette anecdote, je voudrais mettre beaucoup de tendresse et j’espère que cela transparaîtra. J’ai rarement rencontré des yeux aussi pleins de malice et de vie que ceux du Monsieur que j’avais en face de moi et cela m’a beaucoup touchée et impressionnée.

Un président de conseil syndical vient me voir. Il a un soucis avec la gestion de son immeuble et demande un rendez-vous avec la responsable et … la responsable … bien c’est moi.

Je l’installe, monte le chauffage et on commence à discuter.

Il se présente et j’essaye de me présenter aussi mais il m’arrête aussitôt  :

– Ah … enfin une juriste !!! Je vous ai pisté sur le net (google, linkedin) pour savoir qui vous étiez. Je sais TOUT sur vous. J’ai vu que vous étiez aussi formatrice, écriviez des articles et que vous connaissiez bien les lois. Je me suis dit que l’on s’entendrait bien … moi aussi je suis un ancien juriste, vous savez.

Moi :

– Oui c’est vrai que je connais bien les lois et que c’est plus facile entre « juristes » de se comprendre. Mais vous avez du voir aussi mon blog d’anecdotes ? Vous en pensez quoi ?

Lui, pris au dépourvu :

– Ah non je ne l’ai pas vu.

Mais bien sûr … 😉

#mefautuntriplecafé

Quand une clef doit être refaite !

Quand il faut refaire des clefs pour un immeuble que tu viens de récupérer et que ton assistante demande au Président du Conseil Syndical de confier sa clef à l’entreprise qui  fera un double et la lui rapportera quelques heures plus tard.

Il dit oui mais quand l’entreprise appelle, il lui indique qu’elle n’a qu’à prendre les empreintes comme dans un film d’espionnage.

#mefautuntriplecafé

Quand le conseil syndical vérifie les comptes !

C’était il y a quelques années.

Mon conseil syndical se passait impeccablement.

Puis un des copropriétaires s’est mis à expliquer qu’il va arrêter définitivement de présider les assemblées générales.

C’est que cela fait quand même plus de 40 ans qu’il est systématiquement Président du Bureau et patati et patata … cela lui en fait des papiers à signer à chaque réunion. Il n’en peut plus.

Bon … 6 ou 7 pages à parapher et signer pour le PV. Idem pour le contrat de syndic. N’oublions pas non plus la feuille de présence.

Ca fait beaucoup quand on y pense !

Je fais le calcul rapidement et je me tourne vers les autres membres du conseil syndical, en souriant :

– Méfiez-vous ! A mon avis Monsieur X va bientôt vous demander une prime de pénibilité et vu le nombre de pages, cela va vous coûter assez cher s’il demande un tarif à l’unité. Nous pourrions peut-être négocier avec lui un forfait, qu’en pensez-vous ?

Voilà voilà

#mefautuntriplecafé

 

Quand le syndic bosse !

Rendez-vous un matin à 8h30 sur un immeuble pour accompagner un de mes gestionnaires
Le courant passe bien entre le Président du Conseil Syndical et moi.
A la fin du rendez-vous :
– donc pour l’assemblée générale de mars, il faut la faire le plus tard possible dans la journée parce que les gens travaillent vous comprenez.
Moi avec un grand sourire et surtout du tac au tac :
– parce que nous, c’est bien connu, on ne travaille pas.
Et j’éclate de rire.
Il me regarde surpris puis se met à sourire :
– oui bon. Je comprends ce que vous voulez dire mais vous… Et il cafouille
Je rigole encore plus fort et je lui balance :
– oui je sais bien. Je vous taquine.
Il rigole.
Il nous a quitté en expliquant qu’il aimait ma vision des choses et du métier un immense sourire sur les lèvres.
Ça fait du bien.

#mefautuntriplecafé

 

Quand l’autre devient un enfer en copropriété !

J’étais en conseil syndical d’un chouette petit immeuble.

J’aime beaucoup ces clients-là. Ils sont dynamiques et humainement adorables.

Une des préoccupations des résidents est l’usage des poubelles. Souvent les poubelles débordent et c’est insupportable pour ceux qui y vivent.

Le Président du Conseil Syndical nous donne une information précieuse. Il nous apprend qu’il a découvert qu’un résidant, au lieu d’ouvrir le couvercle et de mettre son sac dans la poubelle, le pose sur le couvercle de la première poubelle à sa portée. Souvent la poubelle en question est vide et tout le monde la croit pleine, ce qui fait que tous les autres sacs sont jetés dans la deuxième poubelle qui déborde vite et le local se trouve avec des sacs partout. Cela n’a l’air de rien mais cela désorganise toute la gestion des poubelles et crée un bordel monstre.

Un des membres du conseil syndical rebondit :

– C’est dommage que l’on ne sache pas qui est le responsable. Il faudrait ouvrir le sac et investiguer.

Mon président de conseil syndical :

– Bon … d’accord. Je vous dis tout. J’étais tellement en colère que je l’ai fait.

Un silence s’installe.

– Oui j’ai autopsié le contenu de la poubelle. Je n’y ai trouvé aucun indice hormis une couche de bébé.

Moi :

– Il suffit maintenant de savoir qui a un bébé dans l’immeuble.

Et là, j’ai eu un flash. J’ai pris conscience de ce qui se passait et me suis dit d’un coup que mon métier était sur réaliste.

La vie en copropriété n’est pas un mode de vie humaine. On s’entasse les uns et les autres que l’on ne choisit pas dans des lieux tous petits. L’autre nous pourrit la vie et, tout éduqué et brillant que l’on puisse être, on peut parfois tellement en avoir marre de l’autre que l’on peut, sans trop comprendre comment c’est possible, devenir irrationnel et se retrouver à fouiller des poubelles et examiner des couches usagées de bébé.

Et moi syndic, je peux me sentir si concernée par les problèmes de mes copropriétaires que j’en arrive à parler d’enquêter sur des couches.

L’enfer c’est les autres que disait Sartre, non ?

#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire perd des kilos !

Le Président du Conseil Syndical à l’assemblée :

– Avant de commencer la réunion, je voulais vous dire qu’il y a une chose inadmissible !

Silence

Il les regarde tous avec attention.

– Une chose particulièrement inadmissible ! Nous avons trouvé avec le conseil syndical des paquets énormes de chips dans les poubelles de l’immeuble, non entamés et pas périmés.

Silence

– Alors bien sûr, si nous trouvons inadmissible le gaspillage alimentaire, il ne nous regarde pas.

Un soupir de soulagement tout léger traverse l’assemblée générale.

Moi j’étais morte de rire et j’avais du mal à rester professionnelle. Je me voyais bien me lancer dans une tirade sur le fait que le jet de chips n’était pas anodin et que cela signifiait que quelqu’un prenait soin de sa santé, enfin !  J’aurais pu louer le fameux programme du « manger-bouger » ou rajouter que pour trouver les coupables, il suffirait de déterminer qui étaient devenus de plus en plus sveltes mais je n’ai pas eu le temps.

Mon PCS était déjà en train de poursuivre.

– PAR CONTRE …

Et là, les copropriétaires redeviennent, d’un coup, tous tendus.

– Je dis bien « par contre » …

S’en suit un moment de silence qui parait infini pendant lequel mon PCS jauge chacun des autres copropriétaires de la salle tremblante.

– ces paquets ont été jetés dans le MAUVAIS conteneur et ça, c’est I N A C C E P T A B L E.

– ……..

– N’imaginez même pas que si nous écopons à nouveau d’une amende, j’irai me battre pour vous, pour l’immeuble, comme je l’ai déjà fait, pour la faire sauter !

Personne ne bronche ou ne lève la tête.

– si jamais il y a à nouveau une amende, je ne ferai rien. Vous m’entendez ? Je ne ferai RIEN du tout ! Elle sera répartie entre nous tous et ce sera bien fait pour vous !

Zétaient pas fiers les copropriétaires.

Moi j’hésitais entre le fait d’être impressionnée et l’envie de hurler de rire.

Bon concrètement … on parle d’une amende de 35 euros répartis entre 30 copropriétaires … je vous laisse faire le calcul.

#mefautuntriplecafé #legrascestlavie