Quand le vieux garçon se fait jeune !

Pendant que j’éditais le procès verbal, j’entendais les copropriétaires papoter entre eux :

Ma présidente du conseil syndical à un copropriétaire, Monsieur C.

– Enfin Monsieur, mais regardez-vous ! Vous êtes devenu tout beau. Nous allons avoir des visites féminines dans l’immeuble. Vous allez briser des coeurs. 

Puis se tournant vers moi pour m’expliquer :

– Il fallait le connaître avant pour me comprendre ! Monsieur C. a changé de garde-robe.

Monsieur C. qui doit avoir entre 65 et 70 ans, a répondu avec un sourire malicieux :

– C’est vrai chère amie que j’ai subi un relooking. Maintenant je suis affublé de la garde-robe qu’il faut. Mais, ne vous inquiétez pas, je mets toujours un préservatif.

Moi je suis tombée en état de sidération. J’étais si stupéfiée que j’étais restée la bouche ouverte à gober toutes les mouches qui auraient pu passer par là.

La copropriétaire, 75 ans, se trémoussant et revenant à la charge .

– Rohhhhh Monsieur.

Lui :

– Quoi ? Je vous ai choquée ? Mon image de garçon de bonne famille en prend un coup ?

Voilà voilà !

#mefautuntriplecafé

Publicités

Quand le pigeon entretien les parties communes !

Il y a quelques jours, nous présentions notre cabinet à un conseil syndical. Lors de la visite de la copropriété, nous atterrissons sur la toiture terrasse et le président nous explique :

– L’étanchéiété a été refaite il y a quelques années.

– Vous avez pensé à souscrire un contrat d’entretien après les travaux ?

– Non ! Nous n’en avons absolument pas besoin. Nous avons des pigeons …

– Des pigeons ?!?!

– Oui !!! Nous avons des pigeons qui viennent arracher les touffes d’herbe de la toiture et qui s’en servent ensuite pour faire leurs nids dans l’arbre qu’il y a sur ma terrasse.

Puis, en montrant du doigt, une terrasse en contrebas, il nous indique de l’air triomphant d’un enfant ramenant un premier prix :

– Vous voyez là ?

Ben en fait …

#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire fait un poisson à son syndic ou pas …

Rendez-vous sur un immeuble de Clamart le 1er avril avec un cordiste et un conseil syndical :

Le copropriétaire m’expliquant : Alors vous voyez les pics anti pigeons cela ne sert à rien actuellement. Nous avons eu une alerte de la ville pour nous prévenir qu’il y avait des goélands et des mouettes sur Clamart.

Moi, me rappelant que c’était le premier avril : Des goélands ? Sérieusement ? En Ile de France ?

Le cordiste rebondit : Oui et ils font des sacrés dégâts. Ils posent leurs pattes sur des pics anti pigeons comme si de rien n’était. D’ailleurs il existe des pics spéciaux contre.

Moi très très souriante : Ils sont attirés par Paris plage ?

Le copropriétaire : Non ! Clamart plage.

Voilàvoilàvoilà

J’ai quand même vérifié en rentrant au bureau si c’était un poisson ou pas.

Je vous laisse vous faire votre propre opinion.

#mefautuntriplecafé

Quand l’oeil du syndic n’est pas si clair !!!

Moi : bon je crois que j’ai la scoumoune, le mauvais oeil si vous préférez ! Regardez, depuis que je suis arrivée au cabinet, on a des problèmes de téléphone fixe, j’ai égaré mon portable, l’imprimante ne marche pas et patiti patata

Mon Président du Conseil Syndical (PCS) : heureusement que la réunion se tient dans une église sous l’oeil béni

Moi : heureusement ! Puis comme ça, ça vous permettra d’honorer le Saint Dick …

Mon PCS : sans jeu de mot graveleux bien sûr !!!

Ha…. honorer … dans une église … O my god … toujours sans jeu de mot hein !!!!! lol

#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire est trop patient !

– Dans la comptabilité, il manque deux factures de remboursement de frais d’un total de 350,90 euros que j’avais engagés pour la copropriété. Je considère que c’est une faute inexcusable ! Si je ne l’avais pas vu les comptes étaient faux. C’est la première fois que cela arrive depuis 15 ans. D’ailleurs je vous distribue un carton rouge ! Mon épouse à qui j’en parlais me disait que j’étais bien patient avec le syndic. J’arrête donc d’être patient et je distribue un carton rouge !

– Il y a un autre problème ?

– Non. Tout le reste va bien. Je vous donne d’ailleurs un bon point pour le changement d’assurance qui nous fait économiser 3000 euros par an. Quand il y a des choses positives, je vous le dis. Par contre, pour les deux factures, carton rouge !!!

#mefautuntriplecafé

 

Quand la communication n’est pas aisée !

Un soir, dans un de mes précédents cabinets, je tenais une réunion difficile. J’étais comme sur un ring.

Voici un compte-rendu de la discussion que j’ai eue avec le membre du conseil syndical le plus remonté :
– Vous répondez toujours à côté des questions que l’on vous pose.
– Peut-être qu’en effet il y a un problème de communication …
– Ah … (prenant à témoin les autres copropriétaires) … vous êtes en train de dire que je m’exprime mal.
– Non ! je suis en train de dire que « le langage est source de malentendu » comme dit le Renard de Saint Exupéry
– …
– La communication est un art difficile. Je vous réponds toujours. Si vous ne m’expliquez pas que je réponds à côté, que je n’ai pas compris votre question, comment voulez-vous que je sache que j’ai répondu à côté et comment puis-je rectifier ma réponse de manière à vous satisfaire ? Mais il n’y a pas de raison, qu’avec vous, comme je le fais avec les autres, on ne trouve pas une solution pour que vos formulations rencontrent ma compréhension et que l’on soit enfin sur la même longueur d’onde.
– ………..
La réunion se poursuit. Au bout d’une heure trente de catch, on passe à l’élection du syndic et mon contrat est renouvelé. Ouf ! J’ai réussi à retourner l’assemblée générale.
Le confrère qui attendait derrière la porte de prendre ma place est renvoyé gentiment dans ses bureaux.
On passe au renouvellement du conseil syndical et je me tourne vers mon conseiller :
– Vous représentez-vous au conseil syndical ?
– Non.
– C’est dommage. Vous êtes sûr de ne pas revenir sur votre position ? Votre contribution est très utile.
– Non je reste droit dans mes bottes. J’ai présenté un syndic différent qui n’a pas été élu, je me retire.
– Vous savez ce que j’ai envie de vous dire ?
– Oui ne me citez pas Wilde. Je connais la citation : « Les cimetières sont pleins de personnes irremplaçables ».
– Je ne le ferai pas parce que la citation n’est pas de Wilde mais de Clémenceau. Elle dit : « Les cimetières sont pleins de gens irremplaçables, qui ont tous étaient remplacés ». Par contre, si vous voulez une citation de Wilde, je vous dirais : « Soyez vous-même, les autres sont déjà pris. »
Là, il m’a fait un immense sourire.
Avec un clin d’oeil, il m’a lancé :
– Je ne suis plus au conseil syndical mais je vous garde à l’oeil.
J’ai pensé : « Ouf ! Le plus dur est passé. On va devenir potes lui et moi. » et j’ai juste répondu :
– A votre service Monsieur.
#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire vérifie le fonctionnement de son chauffage !

Le président du conseil syndical nous explique :

– Madame X m’a interpellé à propos du chauffage pour m’expliquer qu’il n’y a pas de chauffage chez elle.

– Ah bon ? Mais il s’agit d’un chauffage au sol non ?

– Oui ! Je lui ai expliqué que lorsque l’on parle de chauffage au sol, cela signifie qu’il n’y a pas de radiateur.

– Mais on a fait régler toute l’installation, non ?

– Oui. il n’y a pas longtemps. Tout marche parfaitement. On a assez passé de temps dessus d’ailleurs.

– Mais quel est son problème alors ?

– Vous n’étiez pas encore là mais il faut savoir qu’elle était contre …

Puis après un temps d’arrêt, il explique avec un coin de malice dans les yeux :

– Donc je lui ai expliqué comment vérifier si tout fonctionnait bien. Je lui ai proposé de prendre un thermomètre mais elle n’en avait pas. Donc, je lui ai dit d’utiliser la méthode traditionnelle.

Prenant le conseil à témoin :

– Il n’y a que ça finalement les méthodes à l’ancienne ! Donc pour savoir si on est chauffé, il suffit de marcher pieds nus mais pas que … il faut surtout, avant de marcher, plonger ses pieds dans une bassine d’eau froide… Bien oui ! C’est en marchant avec les pieds nus et froids, qu’elle sentira si le sol est chaud.

J’allais éclater de rire en imaginant la copropriétaire plonger ses pieds au milieu des glaçons, quand le président du conseil syndical a rajouté :

– Je lui ai dit aussi qu’il fallait faire « attention » ! Le chauffage au sol de son logement est surtout profitable au logement sous le sien. Elle, elle est chauffée par le sol du logement au dessus.

– Ah ?

– Oui ! Le chauffage au sol dans l’immeuble est un peu particulier. Chez nous, le chauffage du sol d’un logement sert à chauffer le logement du dessous.

Moi, arrivant de plus en plus mal à réfreiner un éclat de rire monstrueux :

– Mais les pieds glacés alors ? Il faudrait qu’elle marche sur son plafond pour voir s’il chauffe.

Avec un grand sourire, le président a répondu :

– Tout à fait ! Je lui ai expliqué que cela semblait difficile à réaliser. Ceci dit, elle peut toujours aller avec sa bassine chez son voisin du dessus pour vérifier.

Voilà voilà

#mefautuntriplecafé