Quand le syndic blague !

Parce que c’est le week-end, voici une blague piquée sur un groupe FB et un chouïa détournée :

J’ai fait une blague à un collègue, je lui ai dit :
– Hé ! Nous avons un fournisseur couvreur en commun. Il m’a parlé de toit
– De moi ?
– Mais non de toit!

J’ai rigolé. Il a rigolé. J’ai cru qu’il avait compris sauf qu’il a sorti au directeur qui passait :

– Hé j’ai vu un couvreur, il m’a parlé de vous !

alors qu’il aurait pu lui parler de noue finalement.

#mefautuntriplecafé

 

 

Publicités

Quand le copropriétaire est bricolo !

Mon assistante appelle un copropriétaire pour savoir si une fuite en couverture est réparée ou non parce que l’une et l’autre nous sommes « neuves » sur le portefeuille et que nous n’avons pas toujours toute l’antériorité.
Le copropriétaire lui répond très sérieusement :
– Oui bien sûr ! J’ai acheté un chapeau de cheminée et je suis monté sur le toit pour le poser. Je vous envoie la facture.
J’ai cru que c’était une blague mais non ! Ils font ça dans cet immeuble ! Ils grimpent pour de vrai en toiture et font les travaux tous seuls sans rien demander à personne.
Heureusement qu’il n’y a pas eu d’accident !
Je vais leur faire un cours sur les risques et responsabilités à la rentrée et ça va sonner fort et haut !

#mefautuntriplecafé

Fricassée et copropriété !

Il y avait un immeuble que je venais de reprendre dont le syndicat n’était constitué que de 7 copropriétaires mais dont juste 1 seul appartement était occupé. Les autres étaient vides.

Une de mes copropriétaires avait débarqué en pétard et m’avait demandé pourquoi « je ne fous rien » pour résoudre le problème qu’ils m’avaient signalé par mail il y a 2 mois à savoir qu’ils ont un trou dans la toiture.

Bon … la conversation commençait mal. J’avais beau essayé de lui expliquer que je n’étais pas au courant et lui demander comment ils m’avaient transmis l’information que je n’arrivais à rien.

On enregistrait tous les appels et je sauvegardais tous les mails ce qui fait qu’il était tout bonnement impossible que je ne sois pas au courant. Si elle avait eu la trace des mails et des relances, je voulais bien les voir.

Je pensais à une erreur dans l’adresse mais ce n’était pas ça. En effet, en vérifiant les envois, elle s’apperçoit que pendant 2 mois les copropriétaires ont écrits, ont relancé, se sont mis en pétard contre l’inaction de leur syndic … en oubliant de mettre leur syndic en copie justement. Voilà, voilà, voilà !

Donc il y a des tonnes de mail sur le sujet mais pas un de mes fameux copropriétaires rageurs n’a pris la peine de :

1- vérifier que j’étais bien dans la boucle. Ils se relancent entre eux.

2- d’appeler pour voir pourquoi je ne répondais pas.

et cela faisait 2 mois que du 3ème étage de l’immeuble on voyait le ciel.

Un couvreur est missionné en urgence.

Ma copropriétaire revient quelques jours après pour m’indiquer qu’il s’avère que le trou a été fait par des pigeons en quête d’un endroit sympa pour faire leurs nids. Le couvreur a bien refermé le trou mais il a laissé les pigeons dedans et ceux-ci font un boucan du tonnerre, essayant comme des diables de sortir.

Avec un grand sourire, je lui ai demandé laquelle des solutions elle préférait entre :

– organiser un pigeonton pour sauver les oiseaux

ou

– chercher une recette de pigeons au miel et aux raisins.

avant de rappeler le couvreur, pour lui passer un savon, devant ses yeux interloqués.

Quelques jours plus tard, je suis aller visiter le fameux immeuble avec un architecte histoire de faire un diagnostic complet de la copropriété. Le conseil syndical était présent.

Dans un appartement on m’a montré un champignon énorme de la taille d’une assiette à soupe et je n’ai pas pu m’empêcher d’exploser de rire.

C’est qu’ils avaient des pigeons, des champignons … bref, ils méritaient que l’on s’occupe d’eux sérieusement. Effectivement ! Ils méritaient même une gestion aux petits oignons … Des pigeons, des champignons et de la crème, cela pouvaient faire une chouette fricassée, non ?

Heu …