Quand le copropriétaire aime la philosophie !

Le président du conseil syndical :

« Bonjour,

Je prends (encore !) quelques jours de vacances familiales du 6 au 11 février inclus. Je resterai en contact par courriel.
Dans mon message du 30 janvier, j’ai essayé d’exposer des faits. Même si Montesquieu dit, dans l’Esprit des Lois, que « l’excès de la raison n’est pas toujours désirable« , cela devrait contribuer à nous permettre de bâtir un dossier solide, en réponse à l’assignation de XXXX.
blablablabla
Bien cordialement, »
Ma réponse :
« Bonjour,

Puisque l’on cite, je me permets de rebondir sur le fait qu' »il n’y a aucun exemple que la vérité ait été nuisible ni pour le présent ni pour l’avenir » comme le soutient Diderot.
Ainsi nous avons informé officiellement Monsieur YYY de la procédure, puisque nous n’avions pas réellement le choix, et l’avons mis en demeure de nous fournir les éléments dont nous avions besoin sans attendre votre accord sur ce point.
Bien cordialement, »
Sa réponse :
« Merci pour la belle citation ; elle va tout à fait dans le sens de mes propos.

Bien cordialement »
Voilà voilà
#mefautuntriplecafé
Publicités

Le syndic, le promoteur et la procédure !

Mail du jour :
« Bonsoir Petit Syndic, (PS, c’est moi !!! morte de rire)
Christophe ( c’est mon promoteur) propose semaine prochaine.
Lundi ou mardi à votre convenance à partir de 18h (pour une rencontre).
Par ailleurs, vous parlez d’audience le 10 octobre mais nous n’avons jamais reçu la moindre convocation.
Merci de bien vouloir nous transmettre l’assignation (si assignation il y avait) afin que nous puissions en prendre connaissance et assister à l’audience
Nous vous rappelons en outre que nous sommes à jour des charges réclamées et que les travaux parties communes sont en cours avec une nouvelle entreprise puisque la votre nous a fait faux bon (planning trop charge) après plusieurs mois d’attente malgré un chèque d’acompte de 8000€ versé.
Ce retard ne peut nous être imputé.
Vous auriez également du nous transmettre un devis complémentaire que nous n’avons jamais reçu…
Heureusement que le CS nous l’a adressé.
Ce devis a été valide et un acompte à été versé .
Dans l’attente de votre retour.
Bien à vous.
Françoise (c’est son assistante). »

Ma réponse :
« Je me permets de souligner que je ne peux pas arriver à croire que votre précédent mail était sérieux.
Attaquer la copropriété et me reprocher de ne pas vous tenir informé du fait que vous avez fait la démarche d’attaquer …
Cela ne peut être qu’une plaisanterie, non ?
Si votre avocat ne vous informe pas des procédures qu’il lance, vous devriez peut-être vous rapprocher de lui pour régler ce problème avec lui, non ?
J’admire aussi la tentative de diviser la copropriété et son représentant pour mieux arriver à vos fins.
Vous êtes à jour de vos charges parce que je les ai retenues sur la dernière vente et non pas parce que, comme tout copropriétaire devrait le faire, vous payez les appels à réception, n’est-ce pas ?
Par ailleurs, je vous rappelle que c’est vous qui avait mis l’immeuble en copropriété, avez promis des travaux aux personnes qui achetaient sur :
– sur les parties communes
– sur la chaudière
Ni nous ni le syndicat des copropriétaires.
Vous avez demandé l’autorisation à la copropriété de les faire à vos frais sous votre responsabilité.
C’était donc de votre responsabilité de trouver une entreprise qui intervienne dans les délais et d’obtenir les devis adéquats et tout le reste.
Je veux bien tout ce que vous voulez mais c’est quand même un peu fort de me reprocher ou de me transférer la responsabilité de choses que vous avez faites ou pas faites alors qu’elles dépendent de vous, non ?
J’attends une date de rencontre avec Christophe.
Bien cordialement,
Petit Syndic »

Qu’est-ce que l’on rigole !!!!
Ils vont me rendre dingue !