Quand le copropriétaire tient à son syndic !

Quand un copropriétaire d’un immeuble, où c’est tendu comme un string entre eux, m’envoie un RAR avec demande d’inscription à l’ordre du jour de prochaine réunion avec deux points :

1- le fait de mettre mon contrat à l’ordre du jour (alors que je suis syndic)

sans me demander mon avis …

2- le fait de confier au service gérance la gestion de la loge (alors que l’on n’en veut pas forcément)

sans lui demander son avis …

et indique dans ses résolutions qu’il me laisse compléter et tourner les résolutions de la manière légale et mettre les contrats comme il faut.

C’est là que j’ai compris que le consentement préalable du syndic ça n’a pas l’air d’être une donnée qui parle toujours aux copropriétaires.

#mefautuntriplecafé

 

Coronavirus : Quand le syndic fixe son planning d’AG

Depuis la semaine dernière, je rappelle mes Présidents de Conseils Syndicaux et recale mes nouvelles dates d’Assemblée Générale. Je tombe sur Madame K :
  • On est sauvés Madame DIOP ! On est sauvés ! Je suis si contente ! C’est chouette que vous m’appeliez. J’allais vous appeler pour vous le dire.
  • Ah ?
  • Oui ! Les chinois sont en Italie !!! Ils sont venus en renfort ! Moi j’aime beaucoup les chinois ! Vous les aimez aussi ?
  • Heu … oui bien sûr !
  • Ils sont merveilleux ! On est sauvés ! Puis il faut boire de l’eau argileuse à grain à jeun !
  • D’accord ! D’accord !
Bon … ça s’annonce folklo !

Quand le syndic bosse !

Rendez-vous un matin à 8h30 sur un immeuble pour accompagner un de mes gestionnaires
Le courant passe bien entre le Président du Conseil Syndical et moi.
A la fin du rendez-vous :
– donc pour l’assemblée générale de mars, il faut la faire le plus tard possible dans la journée parce que les gens travaillent vous comprenez.
Moi avec un grand sourire et surtout du tac au tac :
– parce que nous, c’est bien connu, on ne travaille pas.
Et j’éclate de rire.
Il me regarde surpris puis se met à sourire :
– oui bon. Je comprends ce que vous voulez dire mais vous… Et il cafouille
Je rigole encore plus fort et je lui balance :
– oui je sais bien. Je vous taquine.
Il rigole.
Il nous a quitté en expliquant qu’il aimait ma vision des choses et du métier un immense sourire sur les lèvres.
Ça fait du bien.

#mefautuntriplecafé

 

Quand le copropriétaire fixe une date de réunion !

Après 4 changements de date de réunion, on convient avec le Président du Conseil Syndical enfin de tenir l’assemblée générale le vendredi X.

Je lui explique à quel point je suis soulagée parce que j’ai cru que l’on y arriverai pas. Il convient avec moi que, parfois, des choses simples prennent une énergie incroyable !

Mon client n’est disponible que le vendredi et cela limite drôlement l’agenda.

On raccroche !

5 minutes plus tard, le téléphone sonne à nouveau. Je décroche et j’entends mon copropriétaire au bout du fil …

Tout confus, il m’explique que finalement le X n’est pas une bonne date parce que le lendemain du vendredi X, il y a le week-end qui commence et qu’il le réalise juste.

Heu … en fait, comment lui expliquer, sans le heurter, qu’après un vendredi X ou un autre, il y a toujours un week-end qui commence … ?

#mefautuntriplecafé

Quand le syndic ne lambine pas !

Lors d’une réunion, la copropriétaire perdue dans ses papiers :

– Vous carburez, vooooous ! On a jamais été si vite.

Moi, confuse :

– Ah vraiment ?! Je suis désolée … vous voulez que je ralentisse ?

– Non ! C’est bien ! Je veux juste comprendre à quelle résolution on est.

#mefautuntriplecafé

Quand m’envoyer en AG relève du « sauvez Willy »

Je n’avais pas la super forme. C’était un jour du « jaipasenvie ».
Après 3 convocations, il était malgré tout temps d’aller en assemblée générale. Je traînais des pieds.
Je prenais mon dossier au moment où une avalanche tombe. J’étais dépitée.
Mes gestionnaires ont décidé de prendre les choses en main :
L’un a enfilé sa veste et m’a expliqué qu’il allait me déposer.
L’autre a vérifié mon dossier d’assemblée générale. Il n’y avait pas de procès verbal, pas de feuille de présence.
Je n’ai même pas eu le temps de râler qu’il avait déjà attrapé son imprimante portable (la mienne est HS), l’avait testée sur mon portable et avait tout fourré avec mon dossier dans un sac à roulettes.
L’autre a attrapé le sac et m’a poussée gentiment mais fermement vers sa voiture, a ouvert la porte, m’a installée et s’est dirigée vers ma salle de réunion.
10 mn plus tard, sans avoir eu le temps de dire « ouf » j’ai été déposée avec mes sacs dans la salle.
J’avais l’impression qu’ils avaient monté une opération commando juste pour moi et que j’étais la personne à sauver. lol
Toujours est-il que j’étais prise au piège, dans la salle, face aux copropriétaires… plus moyen de m’échapper.
Bref j’ai tenu l’AG. J’étais un peu obligée quand même. Lol
#mefautuntriplecafe

Quand le copropriétaire refuse de relancer !

C’était l’an dernier. Il était 22h et je venais à peine de finir mon assemblée générale quand un copropriétaire m’a expliqué :

– Si je dois vous relancer, je démissionne du conseil syndical. Moââââââââ je ne relance Jaamaaaaaaaaaaaaais ! »

Moi, très calme :

– Bien démissionnez maintenant !

Lui :

– ….

Moi, expliquant :

– Je comprends que ma charge de travail soit le cadet de vos soucis mais je vais quand même vous expliquer.

Lui :

– …….

Moi :

– Voyez, il est 22h. Je suis encore avec vous. Je ne serai pas chez moi avant minuit. Demain je pars à 7h pour être à l’heure sur un chantier. Ça me fera moins de 5h de sommeil et ce sera comme ça tout le mois de juin, tous les jours. Je vais être de plus en plus épuisée. Je ne pourrai pas faire plus.

Lui :

– ….

Moi :

– Si vous n’acceptez pas que je prenne du temps pour vos demandes qui ne sont pas urgentes en ce moment et de me relancer parfois aussi pour celles qui le sont si elles m’échappent, dans un esprit constructif d’assistance du syndic telle que la loi de 1965 le prévoit, bien cela va être extrêmement compliqué.

#mefautuntriplecafé