Quand la réunion se tient sous le regard de Dieu !

Convoquer une assemblée générale pour un immeuble de 150 lots : check

Me retrouver avec les copropriétaires le soir-dit, sur le trottoir, devant une salle paroissiale réservée mais que l’église avait oublié d’ouvrir pour la réunion : check

Me retrouver obligée d’interrompre la messe au moment de la distribution des osties pour faire ouvrir la salle : check

Me faire courser et vilipender, à travers l’église, par un fidèle qui tenait à m’expliquer la vie et le caractère sacré du rituel de la distribution du corps du Christ : check

Avoir la salle enfin ouverte après des problèmes de clefs et autres : check

Voir débarquer le prêtre en soutane en pleine assemblée générale pour m’engueuler : check

#mefautuntriplecafé

Publicités

Quand le copropriétaire est contre l’état policier !

Discussion au cours d’une assemblée générale entre un président de conseil syndical et une copropriétaire :

– Donc la réquisition permanente aux forces de police est …

– Je m’en fiche. Je vote contre ! Nous sommes déjà dans un état policier. Je refuse que les forces de police puissent pénétrer dans l’immeuble. Je suis pour la solidarité et que l’on puisse accueillir ceux qui en ont besoin.

– Mais si vous avez un squat, vous ne pourrez pas appeler la police pour leur demander d’intervenir sans cette autorisation.

– Je m’en fiche ! Je vote contre ! Puis de toute manière, qu’est-ce que cela peut vous faire ? Pourquoi on en parle ? Je suis seule à voter contre, minoritaire. Ca ne change rien pour l’acceptation de la décision.

La réunion se poursuit.

Quelques minutes plus tard, le président du conseil syndical explique le projet de sécurisation de la résidence. La copropriétaire intervient :

– Oui. Il faut renforcer la sécurité. C’est une priorité de le faire avant tous les autres travaux.

Le président du conseil syndical lui répond :

– Je vous préviens que je vais voter contre et que je demande à tous les copropriétaires de suivre mon avis.

La copropriétaire se disant que les travaux ne passeront pas :

– Mais il y a des vols, des intrusions dans les parties communes. Cela serait quand même mieux de renforcer la sécurité de l’immeuble.

Le président du conseil syndical :

– J’étais pour les travaux mais vous m’avez convaincu tout à l’heure. Nous sommes dans un état déjà assez policier. Je ne ferai rien pour renforcer le pouvoir des forces d’oppression. Je ne refuserai pas non plus l’entrée de l’immeuble aux pauvres sans abris, trafiquants et autres voyous qui n’auraient pas d’autres moyens de s’abriter.

Voilà voilà

#mefautuntriplecafé

 

Quand le copropriétaire complimente le syndic !

Le Président du Conseil Syndical, après l’assemblée générale, une fois que mon gestionnaire était parti, pendant que je remballais mes affaires :
– On va bien s’entendre tous les deux. C’est bien que vous soyez venus. On apprécie aussi le nouveau gestionnaire.
Moi :
– Tant mieux.
Le PCS, déclamant, tragique d’un coup :
– Si votre ramage se rapporte à votre plumage, je serais le plus heureux des hommes.
Moi, septique :
– Pas sûre que ce soit un compliment ça…
Lui triomphant :
– Ah ben si ! Je n’ai pas parlé d’hirondelle.
#mefautuntriplecafé

 

Quand on négocie les honoraires !

Au moment de la discussion sur les honoraires :

-Turn over (blablablabla), les syndics sont des voyous, des incompétents et blablablablabla

– D’accord vous, les copropriétaires, vous voulez de la stabilité, de la bonne gestion mais vous ne voulez pas payer.

– On ne va pas pleurer sur les syndics !

– D’accord, il ne s’agit pas de cela. Prenons juste les chiffres et regardons. 7100 euros TTC soit 5900 euros HT. C’est bien vos honoraires ?

–  On ne sait pas mais c’est trop cher ! Les syndics sont des voyous et blablabla.

– J’entends mais restons centrés sur les calculs. Donc vous faites le calcul du coût d’un gestionnaire qualifié et expérimenté, un ou une assistante, un bout de comptable.

Je les voyais qui faisaient leurs calculs mentaux.

– Vous rajoutez les charges sociales et une participation aux frais de fonctionnement de la société comme les locaux et le logiciel. Vous divisez par 5900 euros et vous me dites combien d’immeubles un gestionnaire doit gérer pour atteindre ce montant ?

Je les voyais se décomposer. J’ai laissé passer un temps.

– Donc je vois bien que vous comprenez ce que je veux dire.

– …

– En gros si les copropriétaires veulent des cabinets où les gestionnaires restent et ont des portefeuilles raisonnables, il faut aussi qu’ils acceptent de payer les honoraires en conséquence.

#mefautuntriplecafé

 

 

 

 

Quand le copropriétaire refuse de relancer !

C’était l’an dernier. Il était 22h et je venais à peine de finir mon assemblée générale quand un copropriétaire m’a expliqué :

– Si je dois vous relancer, je démissionne du conseil syndical. Moââââââââ je ne relance Jaamaaaaaaaaaaaaais ! »

Moi, très calme :

– Bien démissionnez maintenant !

Lui :

– ….

Moi, expliquant :

– Je comprends que ma charge de travail soit le cadet de vos soucis mais je vais quand même vous expliquer.

Lui :

– …….

Moi :

– Voyez, il est 22h. Je suis encore avec vous. Je ne serai pas chez moi avant minuit. Demain je pars à 7h pour être à l’heure sur un chantier. Ça me fera moins de 5h de sommeil et ce sera comme ça tout le mois de juin, tous les jours. Je vais être de plus en plus épuisée. Je ne pourrai pas faire plus.

Lui :

– ….

Moi :

– Si vous n’acceptez pas que je prenne du temps pour vos demandes qui ne sont pas urgentes en ce moment et de me relancer parfois aussi pour celles qui le sont si elles m’échappent, dans un esprit constructif d’assistance du syndic telle que la loi de 1965 le prévoit, bien cela va être extrêmement compliqué.

#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire est formateur !

– Je vous félicite pour la tenue de l’assemblée générale. Vous avez fait plusieurs interventions très intéressantes. Puis je vois que votre procès verbal est parfaitement structuré. Vous découpez bien les paragraphes et mettez en valeur ce qui doit l’être. Non c’est agréable de lire un document comme ça.

– Comme c’est gentil de me dire ça ! Merci beaucoup.

– C’est que j’ai été formateur bureautique vous comprenez. Les gens ne savent plus aujourd’hui comment organiser un document sur word. Mais moi, je donnais des cours pour ça. Je suis très attaché à la forme.

C’est vrai qu’il a raison. Un document clair donne une impression inconsciente de netteté, de structure, une impression positive en quelque sorte. Ca donne aussi envie de le lire. J’ai été formatrice pour une section d’assistant administratif et c’est ce que j’expliquais aussi à mes apprenants.

Toujours est-il que c’était inattendu et adorable comme compliment. Ils sont aussi parfois comme ça mes copropriétaires !

#mefautuntriplecafé

 

Quand il y a un problème d’onde …

Assemblée générale avec présentation d’un audit énergétique :

L’architecte :
– Bon. Moi je viens du Grand Est. Tout le monde a des robinets thermostatiques connectés et cela fonctionne très bien. C’est très parisien et très présomptueux de repousser ces équipements d’emblée en expliquant que cela ne fonctionne pas.
Moi :
– Ah non c’est une question d’onde … rien ne passe en Ile de France, c’est aussi simple que ça. Toutes les ondes s’arrêtent à la frontière, c’est tout !
#mefautuntriplecafé