Quand il y a canicharge !

Une cliente débarque à l’improviste au bureau et explique rageuse :

– Je ne reçois plus aucun courrier de votre part.

Tout en regardant son compte, ma collègue lui demande :

– Quelle est votre adresse ? Avez-vous déménagé ?

– Non ce n’est pas le problème. Il y a des nouveaux gardiens et depuis qu’ils sont là, plus aucun courrier de votre part. Et là, paf, une sommation d’huissier !

– Vous n’avez rien payé depuis novembre 2017.

– Mais enfin, ce n’est pas le problème ! Vous auriez dû m’appeler. J’ai bien des alertes yahoo pour la canicule et nous dire de beaucoup boire quand il fait chaud. Pourquoi je n’ai rien eu de vous ?

Alors l’alerte canicule je connais, l’alerte canipull aussi mais l’alerte canicharge celle-là on ne me l’avait jamais faite !

#mefautuntriplecafé

Publicités

Quand le mois d’août arrive !

Le mois d’août arrive. Je me retrouve le soir à envoyer des sms à ses clients en leur rappelant que, s’ils ont le bonheur de partir quelques jours, ce serait bien qu’ils n’oublient pas de fermer leurs robinets d’arrêt avant. Je leur souhaite aussi, bien sûr de passer un agréable mois d’août.

C’est que chaque mois d’août c’est une tannée de gérer des fuites qui surviennent toujours sur des installations privatives quand les immeubles sont déserts, les gens injoignables et que les entreprises sont fermées. Pour éviter cela, il suffirait simplement que mes clients ferment leurs robinets d’arrêt mais ils ne le font pas … Bref.

Je sais que je vais recevoir des retours furibonds de message dans lequel on m’expliquera que c’est bien gentil tout ça mais que, EUX, bien ils ne partent pas en vacances. D’avance cela me décourage et me fatigue.

Je tourne la tête et qui je vois ? Mon museau noir qui m’observe avec un oeil plein de moquerie.

#mefautuntriplecafé

Quand l’accès au parking est squatté

Aujourd’hui je n’ai qu’une anecdote triste à raconter !
Dialogue avec un client du 16ème dont je vous épargne les propos :
– ……
– oui Monsieur je comprends bien. Mais moi ce qui m’importe c’est la sécurité des enfants. C’est pour ca que j’ai fait une note pour rappeler que la cour est en réalité un accès au parking et qu’il ne faut pas laisser les enfants y jouer. La porte du parking étant cassée, si une voiture sort, elle risque de percuter un enfant.
– …..
– Oui je comprends que votre soucis à vous c’est que les résidants du fond n’ont qu’un droit de passage sur cette cour qui appartient à votre immeuble et qu’il vous semble important de leur rappeler.
– …..
– Oui je comprends que c’est malheureux que ces parents soient bulgares et ne savent même pas qui vous êtes et refusent de vous obéir en votre qualité de Président du conseil syndical.
– ….
– Ne retirez pas ma note. Je vous en envoie une deuxième à afficher à côté.

#mefautuntriplecafé

Quand le syndic a besoin de vacances !

Moi à une cliente :
– Appelez moi cet après-midi si vous voulez mais, attention, en fin de journée, parce que là je suis en rdv à l’étranger.
Mouais …
#mefautuncafé

Quand les copropriétaires se détestent !

Tu te dis que tu fais un métier de dingue quand on est vendredi et que tu finis ta semaine par une réunion qui te bouffe toute ton énergie.

Tu as passé 3 heures à manager des clients impossibles. Tu as passé 3 heures à parler sans respirer pour couvrir les insultes qu’ils s’envoyaient entre eux d’un bout à l’autre de la table. Tu as passé 3 heures à les engueuler pour éviter qu’ils ne s’entretuent littéralement. Tu as du donner de ta personne pour les tenir éloignés physiquement les uns des autres. Tu as l’impression d’être devenue négociatrice de la paix au milieu d’un champ de bataille.

Tu es une épave à l’intérieur, totalement lessivée mais tu ne le montres pas … tu finis la réunion en mode forcé « warrior » surtout que les copropriétaires, au moment de partir, ils viennent tous te féliciter, dans une queue impeccable, et te serrer la main parce qu’ils trouvent tous que tu as été : FOR MI DA BLE.

Ils sont contents que tu aies tenu bon malgré l’ambiance déplorable parce que tu es une personne joviale et ils sont contents que la réunion se soit « bien passée ».

En gros c’est plus agréable de s’entre-déchirer lors d’une réunion avec toi qu’avec l’ancien gestionnaire qui faisait la gueule sans arrêt. Comme par hasard, l’ancien gestionnaire est justement à l’hôpital pour problème cardiaque et c’est pour ça que l’on t’a refilé le bébé.

Tu les écoutes, le sourire figé, en maudissant l’humanité toute entière. Tu serres les mains et les mets dans l’ascenseur par fournée sélective pour éviter qu’il y ait un meurtre dans la cabine, ce qui ne serait pas impossible.

Quand tout le monde est parti, tu retournes à ton bureau, tu t’assois sur ta chaise et tu te dis qu’ils ont de la chance que tu sois trop crevée parce que sinon, tu aurais filé à l’immeuble la nuit poser une bombe.

#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire est relancé !

– Je veux voir votre responsable contentieux.

– Il est en rendez-vous. Mais je peux peut-être vous aider ?

– Je veux lui expliquer qui je suis et ma façon de procéder. Je n’ai pas payé mes charges parce que j’ai vu dans le grand livre lors du dernier contrôle des comptes que vous acceptiez des facilités de paiment en 3 fois à certains et que vous ne preniez pas de frais de relance systématiquement. Mais de quel droit ?

– ….

Je ne bronche pas.

– Alors j’ai voulu tester votre système de relance. J’ai payé un tiers le premier mois du trimestre, j’ai eu des frais de relance. J’ai payé un tiers le second mois du trimestre, j’ai eu des frais de relance. J’ai soldé mon compte au 3ème mois du trimestre.

– Donc vous voyez que l’on a un système de relance très efficace. Je vais vous faire annuler les frais.

– Encore heureux ! Pourquoi vous m’avez relancé moi et pas les autres ?

– Mais peut-être parce que les autres ont prévenu qu’ils payeraient en plusieurs fois et que vous vous ne l’avez pas fait … qu’en pensez-vous ?

Silence … Il hésite puis repart de plus belle.

– J’ai vu que vous aviez annulé parfois des frais de relance. Qui vous a autorisé retirer des frais de relance ?

– Nous n’avons pas besoin d’autorisation pour ça. Par contre, si je comprends bien, vous êtes contre l’annulation des frais de relance ?

– Oui je suis contre. Quand on ne paye pas, on doit être relancé et les frais doivent être conservés.

– Pas de soucis. Dans ce cas, nous maintiendrons les frais de relance sur votre compte conformément à vos souhaits.

Grand blanc … puis mon copropriétaire reprend …

– Si vous ne les annulez pas, je vous poursuis pour abus de droit, clientélisme, discrimination et je gagnerai. Mon avocat est l’avocat de l’ARC. J’en ai bouffé des syndics pour moins que ça.

Je reste calme et, avec un grand sourire, je rétorque :

– Je n’en doute pas. Par contre, pourriez-vous répondre à ma question ? Je voudrais comprendre quelle politique vous semble la plus adaptée sachant qu’une règle que l’on applique s’appliquera pour tous. Qu’est ce que je dois faire là, maintenant ?  Est-ce que je garde la main sur l’annulation des frais de relance et s’il y a un accord, je décide au cas par cas, de les annuler ou non ? Ou, est-ce que je n’annule plus de frais de relance et dans ce cas, je conserve les frais de relance sur votre compte. Dites moi donc ! Qu’est-ce que je fais ?

– Vous êtes impossible ! Vous annulez d’abord mes frais puis vous n’annulerez plus jamais.

– Non cela ne marche pas comme ça. Définissons maintenant une règle s’il vous plait.

– Vous devriez faire plaisir au copropriétaire.

Moi avec un franc éclat de rire …

– Heu non Monsieur X ! Mon travail n’est pas de faire plaisir au copropriétaire même si je passe beaucoup de temps en bas des immeubles à les attendre eux et les gars du bâtiment. lol. Mon travail est de gérer les parties communes et donc la collectivité des copropriétaires. Alors quelle règle choisissez vous ?

Il se déride, enfin, mais continue de protester pour la forme :

– Nous sommes en dictature.

– Non ! Vous êtes en Nafygarchie, un régime idéal puisque dans la Nafygarchie, tout est parfait parce que selon Nafy.

Et nous sommes partis dans un immense éclat de rire.

Ouf !

#mefautuntriplecafé

 

 

Quand l’alternante donne un badge !

– S’il te plait ? Tu peux remettre le badge de la copropriété X à la cliente qui attend à l’accueil ? N’oublie pas de faire une photo du badge pour avoir son numéro et de la faire signer la cliente. C’est une manière simple et rapide de conserver une trace non contestable. Ensuite je te montrerai comment transmettre les informations à la comptabilité pour la facturation du badge.

– Oui pas de soucis Petit Syndic.

Mon alternante d’amour sort du bureau pour remplir sa mission. Elle revient quelques minutes plus tard.

– J’ai fait comme tu m’as dit. Je suis désolée de te déranger encore. Je n’ai pas compris comment je pouvais faire signer la cliente sur mon portable. Est-ce que tu peux me réexpliquer STP ?

– Ton portable ?

– Oui tu as parlé de photo non ? J’ai donc pris une photo du badge avec mon portable mais j’en fais quoi ? Et comment je fais signer la cliente ?

Forcément !

– Heu … photocopie, excuse moi de n’avoir pas précisé … tu glisses le badge sous le couvercle du photocopieur et tu en fais une copie. C’est la feuille qui sort que tu fais signer.

#mefautuntriplecafé