Quand les copropriétaires sont des princes !

Un lundi soir j’étais donc chez Mademoiselle et son mari en réunion.
Dans cet immeuble, il y a une loge à vendre … 23m2 mis sur le marché à 199.000 euros parce que 200.000 ce serait un seuil psychologique infranchissable.
J’explique que le service transaction a quand même du mal à vendre 199.000 euros une loge sombre qui est sur cour et dans laquelle il y a au moins 30.000 euros de travaux à ce prix là. Mes clients ne comprennent pas. 

Alors, j’explique le marché, la loi sur l’encadrement des loyers et tout. Grosso modo, celui qui achèterait une loge toute sombre de 23 m2, dépenserait 229.000 euros et ne pourrait pas la louer plus de 530 euros. Ca a de quoi faire fuir les investisseurs, non ? Mes clients ne comprennent toujours pas.

Puis je rappelle qu’en plus, la loge est si sombre, que quand on fait les visites en plein jour, la négociatrice est obligée de les faire à la lampe torche puisqu’ils ont coupé l’électricité et je rappelle que pour sanitaires, il y a en fait, juste un trou dans le sol. 
Et là ça fait tilt à mes clients d’un coup ! Ils se sont illuminés parce que cela ne sert à rien de refaire toute la loge bien comme il faut.
– Pardon ? 
– Oui les 30.000 euros c’est un budget pour tout faire bien comme il faut. Puis faire visiter à des investisseurs, c’est une drôle d’idée ! Vous perdez votre temps ! Non ce qu’il nous faut c’est un artiste qui ait un coup de coeur pour notre immeuble, qui habite à côté et qui cherche un atelier. Notre immeuble c’est un immeuble coup de coeur.
– Heu …
– Ceci dit nous vous autorisons à faire remettre l’électricité dans la loge pour permettre les visites.
Ben voyons !!!! Ptdr ! Ils se comportent comme des princes parfois mes miens de copro !!! Ptdr !
la réunion
On poursuit la réunion. Après avoir fait mon point sur la vente de la loge, j’attaque celui plus épineux des travaux.
Je rappelle aux uns et aux autres, que le prix de la loge, le jour où on trouvera un naïf pour l’acheter à 199000 euros, sera redistribué en charges générales et que les prochains travaux seront appelés en charges bâtiment.
Du coup, les copropriétaires du bâtiment B affichaient une mine réjouie mais ceux du bâtiment A faisaient nettement la gueule. Ils s’étaient imaginé que l’on mettrait les fonds dans un pot commun et que la copropriété payerait les travaux de leur bâtiment à eux. Ils ne récupéreront que 40% grosso modo des 199.000 euros.
Je n’avais prévu qu’un seul devis, puisqu’il s’agissait juste d’une information, chiffrant le ravalement et la couverture à 100.000 euros à vue de nez, ce qui fait que même avec la vente de la loge, ils seraient redevables d’appels de fonds. 
Le mari de Mademoiselle, un peu dépité, a commencé à regarder le devis de plus près et 30 secondes après avec un gros feutre et un grand sourire, il me demande :
– Mais c’est combien le poste échafaudage ?
– 15000 euros
– OKI donc on le supprime ! On a déjà économisé 15000 euros.
– Heu … mais comment ils vont faire le ravalement et la couverture sans échafaudage ?
– Bien à la corde Madame ! A la corde ! Et c’est leur problème, pas le notre.
Ben voyons !!! Des princes !
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s