Quand l’autre devient un enfer en copropriété !

J’étais en conseil syndical d’un chouette petit immeuble.

J’aime beaucoup ces clients-là. Ils sont dynamiques et humainement adorables.

Une des préoccupations des résidents est l’usage des poubelles. Souvent les poubelles débordent et c’est insupportable pour ceux qui y vivent.

Le Président du Conseil Syndical nous donne une information précieuse. Il nous apprend qu’il a découvert qu’un résidant, au lieu d’ouvrir le couvercle et de mettre son sac dans la poubelle, le pose sur le couvercle de la première poubelle à sa portée. Souvent la poubelle en question est vide et tout le monde la croit pleine, ce qui fait que tous les autres sacs sont jetés dans la deuxième poubelle qui déborde vite et le local se trouve avec des sacs partout. Cela n’a l’air de rien mais cela désorganise toute la gestion des poubelles et crée un bordel monstre.

Un des membres du conseil syndical rebondit :

– C’est dommage que l’on ne sache pas qui est le responsable. Il faudrait ouvrir le sac et investiguer.

Mon président de conseil syndical :

– Bon … d’accord. Je vous dis tout. J’étais tellement en colère que je l’ai fait.

Un silence s’installe.

– Oui j’ai autopsié le contenu de la poubelle. Je n’y ai trouvé aucun indice hormis une couche de bébé.

Moi :

– Il suffit maintenant de savoir qui a un bébé dans l’immeuble.

Et là, j’ai eu un flash. J’ai pris conscience de ce qui se passait et me suis dit d’un coup que mon métier était sur réaliste.

La vie en copropriété n’est pas un mode de vie humaine. On s’entasse les uns et les autres que l’on ne choisit pas dans des lieux tous petits. L’autre nous pourrit la vie et, tout éduqué et brillant que l’on puisse être, on peut parfois tellement en avoir marre de l’autre que l’on peut, sans trop comprendre comment c’est possible, devenir irrationnel et se retrouver à fouiller des poubelles et examiner des couches usagées de bébé.

Et moi syndic, je peux me sentir si concernée par les problèmes de mes copropriétaires que j’en arrive à parler d’enquêter sur des couches.

L’enfer c’est les autres que disait Sartre, non ?

#mefautuntriplecafé

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s