Quand les contes de fée se déclinent en copropriété !

Je travaille depuis plus de 15 ans avec le même petit plombier. J’en suis contente. Mes clients aussi parce qu’il est très efficace, ses prix sont doux.

Hier, il vient au bureau prendre une clef.

Je le regarde circonspecte. C’est que depuis 15 ans, je le vois plutôt en mode gars du bâtiment. Là il vient tout beau avec un col roulé, rasé de près. Bref. Il y a un truc que je ne comprend pas.

Il y a également une odeur plutôt forte et inhabituelle de parfum dans l’accueil qui me surprend. Il s’agit de Chanel numéro 5. J’en reconnais l’odeur que je porte parfois.

Ca n’a aucun sens que notre accueil sente si bon et si capiteux d’un coup.

Je lui demande s’il la sent aussi. Il me répond que c’est peut-être lui parce qu’il sort d’une intervention dans une de mes copropriétés et que les filles de la parfumerie au rez-de-chaussée, pour le remercier, l’ont « un peu » parfumé.

Dur de ne pas éclater de rire. Mais sérieusement, tout fout le camp et rien ne va plus !

Mettez un gars du bâtiment en présence de jolies femmes et c’est plus efficace que le bisou de la princesse sur le crapaud. Il se transforme par magie.

Mon plombier à l’ancienne se retrouve à aller, tout endimanché, réparer une fuite sur une évacuation des eaux vannes, et en ressort en sentant bon Marilyn Monroe.

#mefautuntriplecafé

 

 

 

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s