Quand le copropriétaire est contre l’état policier !

Discussion au cours d’une assemblée générale entre un président de conseil syndical et une copropriétaire :

– Donc la réquisition permanente aux forces de police est …

– Je m’en fiche. Je vote contre ! Nous sommes déjà dans un état policier. Je refuse que les forces de police puissent pénétrer dans l’immeuble. Je suis pour la solidarité et que l’on puisse accueillir ceux qui en ont besoin.

– Mais si vous avez un squat, vous ne pourrez pas appeler la police pour leur demander d’intervenir sans cette autorisation.

– Je m’en fiche ! Je vote contre ! Puis de toute manière, qu’est-ce que cela peut vous faire ? Pourquoi on en parle ? Je suis seule à voter contre, minoritaire. Ca ne change rien pour l’acceptation de la décision.

La réunion se poursuit.

Quelques minutes plus tard, le président du conseil syndical explique le projet de sécurisation de la résidence. La copropriétaire intervient :

– Oui. Il faut renforcer la sécurité. C’est une priorité de le faire avant tous les autres travaux.

Le président du conseil syndical lui répond :

– Je vous préviens que je vais voter contre et que je demande à tous les copropriétaires de suivre mon avis.

La copropriétaire se disant que les travaux ne passeront pas :

– Mais il y a des vols, des intrusions dans les parties communes. Cela serait quand même mieux de renforcer la sécurité de l’immeuble.

Le président du conseil syndical :

– J’étais pour les travaux mais vous m’avez convaincu tout à l’heure. Nous sommes dans un état déjà assez policier. Je ne ferai rien pour renforcer le pouvoir des forces d’oppression. Je ne refuserai pas non plus l’entrée de l’immeuble aux pauvres sans abris, trafiquants et autres voyous qui n’auraient pas d’autres moyens de s’abriter.

Voilà voilà

#mefautuntriplecafé

 

Publicités

Quand l’aléatoire devient la normalité !

Lors de la visite d’un immeuble, la Présidente du Conseil Syndical m’a expliqué :

– Bon. Tout va bien dans l’ensemble. L’électricité est un peu aléatoire dans les parties communes. Quand il pleut, cela disjoncte et il faut attendre que cela sèche avant que l’installation fonctionne à nouveau.

Pleine de volonté de résoudre ce problème surtout j’imaginais les risques de chute dans les parties communes à cause d’une absence de lumière, j’annonce à la PCS :

– Je vous envoie un électricien dès demain.

Effarée, elle m’a arrêté de suite :

– Non. C’est trop cher de réparer puis on est habitué … ça fait 10 ans, vous comprenez.

Ouiouioui, c’est sûr que je comprenais bien … Je ne sais pas quel coup de folie m’a pris d’un coup !

10 ans, ce n’est pas rien ! Un éclairage qui fonctionne cela aurait pu drôlement révolutionner leurs habitudes. Non mais sérieux !

#mefautuntriplecafé

Quand les copropriétaires votent les travaux !

Au moment du vote des travaux, un copropriétaire demande :

– Vous proposez de donner mandat au conseil syndical pour choisir l’entreprise en charge des travaux.

Moi :

– Oui c’est ça.

Le copropriétaire :

– Mais est-ce que l’on sera informé du nom de l’entreprise ?

Le Président du Conseil Syndical :

– Certainement pas ! Je garderai l’information pour moi.

Dur de me retenir … j’ai éclaté de rire !

#mefautuntriplecafé

 

 

Quand il y a un problème d’onde …

Assemblée générale avec présentation d’un audit énergétique :

L’architecte :
– Bon. Moi je viens du Grand Est. Tout le monde a des robinets thermostatiques connectés et cela fonctionne très bien. C’est très parisien et très présomptueux de repousser ces équipements d’emblée en expliquant que cela ne fonctionne pas.
Moi :
– Ah non c’est une question d’onde … rien ne passe en Ile de France, c’est aussi simple que ça. Toutes les ondes s’arrêtent à la frontière, c’est tout !
#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire a fait des études d’architecture !

Il y a quelques années, j’ai animé une assemblée générale d’un immeuble avec un problème sur le plafond des caves.

J’explique aux copropriétaires que s’il y a effectivement un problème de structure, il faut faire un diagnostic des causes, les traiter, avant de travailler sur la structure si besoin.
La copropriétaire, Mademoiselle F., me regarde d’un air dédaigneux en se moquant :
– Ca me parait HA LU CI NANNNNNNNNNNT que vous prétendiez être syndic avec ce genre de discours.
Je la regarde :
– 1- Si vous me parlez sur ce ton en me tenant ce genre de discours, cela ne va pas le faire du tout. Donc changez de manière de communiquer. 2- Si vous pensez qu’un architecte n’est pas la solution, admettons mais que proposez vous à la place ?
– Il y a un problème sur la structure, prenez un ingénieur structure.
– D’accord. Mais travailler sur la structure sans supprimer l’origine du désordre ne va pas changer le problème. Un architecte est capable de …
Et là je suis coupée dans mon explication par l’autre péronnelle qui se lance dans un long monologue :
– Soit ! Mais c’est inimaginable qu’en France, pays des ingénieurs, blablabla vous fassiez appel à un architecte blablabla alors que vous pourriez faire appel à un ingénieur. Prenez un ingénieur plomberie !
– D’accord … Je ne pense pas qu’un ingénieur plomberie existe mais admettons ! … Mais qu’est-ce que je fais si c’est un problème d’étanchéité ?
– Prenez un ingénieur étanchéiste ! Puis prenez des ingénieurs pour faire un diagnostic complet de l’immeuble !
– Donc, vous voulez que je vienne à l’immeuble avec un ingénieur structure, un ingénieur plomberie, un ingénieur étanchéiste, peut-être un ingénieur électricité, …
– Ah mais non ! Il existe des ingénieurs généralistes. Ca s’appelle des …… Hummmmmmm …….. Hummmmmm … Je ne me rappelle plus comment on les appelle mais je peux vous donner des noms.
– Bon … Ca tombe bien. Moi je n’en connais pas mais puisque vous vous avez des noms, avec plaisir !
Mademoiselle F. se plonge alors dans son portable.
On la regardait tous faire en silence.
Et après quelques minutes à chercher frénétiquement ….
– Ahhhhhhhhh ! Ca y est ! J’ai trouvé !
– Je vous écoute.
– Le cabinet archimachin
Une autre copropriétaire :
– Mais le cabinet archimachin, c’est un architecte, non ?
– Je vous confirme Madame R. qu’il s’agit bien d’un architecte. Je viens de googler la société pour savoir ce qu’elle faisait.
Je me suis tournée vers Mademoiselle F,
– Bon. Un architecte n’est pas un ingénieur, n’est-ce pas ? Alors, avez vous un autre nom ?
Et là, silence de Mademoiselle F.. Elle ne dit plus un mot et continue de chercher dans son portable.
Les autres copropriétaires se tordaient de rire.
Et la Présidente du Conseil Syndical me glisse à l’oreille pendant qu’elle continuait de balayer l’écran de son iphone :
– Elle a commencé des études d’architecture il y a quelques années mais elle semble les avoir abandonnées.
Voilà voilà !

#mefautuntriplecafe

Quand l’immeuble a un projet de sur élévation !

Lors d’une réunion pour voter les autorisations d’étude du projet :
Le promoteur d’espaces aériens :
– Alors nous faisons appel à des architectes du milieu

Les copropriétaires le regardent ahuris et moi je contiens à grande peine un éclat de rire en imaginant immédiatement, l’architecte convoyant comme les autres vers l’anneau, puis l’architecte un cigare à la bouche, confortablement installé dans un grand fauteuil en cuir, façon parrain. Lol

Le promoteur :
– Oui c’est le jargon métier. Cela signifie que l’on travaille l’esthétique avec l’orientation du soleil, les jeux de lumière … On tient compte de l’espace naturel quoi.

Bon en même temps, à Paris, tu es quand même très limité pour faire des fantaisies et lumière du soleil ou battement d’aile de papillons je ne sais où, tu dois respecter des règles très strictes pour tout ce que tu fais. Mais je n’ai rien dit toute concentrée que j’étais sur le fait de ne pas exploser de rire.

Mes copropriétaires rassurés :
– Ah c’est encore un truc de bobo à la con qui ne veut rien dire.

Voilà voilà !
Plein de bon sens mes copropriétaires du 16ème !

#mefautuntriplecafé

Quand l’électricien est une électricienne !

S. est électricienne.
Oui les filles qui ont des boîtes de bâtiment et font des métiers de mec ça existe !
Simplement, je n’ai jamais bossé avec une emmerdeuse pareille !
C’est un cauchemar ! Elle chipote sur tout, a toujours un truc à dire. Bref !
Ainsi, après de multiples échanges, elle finit par installer la prise demandée dans les parties communes (ouf ! ce n’était qu’une prise à poser) et envoie une facture par mail.
J’ai le malheur de lui demander de l’envoyer en original pour ma comptable.

Mail reçu ce matin :
« Bonjour,
merci de me prévenir, je vous l’envoie donc par courrier. J’aurais apprécié que vous m’informiez de cette procédure qui vous est propre au cours de nos différents échanges préalablement au travaux, je l’ignorais, travaillant déjà pour d’autres syndics qui se satisfont d’une facture pdf par email.
Bien à vous
S. »

Ma réponse :
« Merci de votre mail qui m’a fait sourire et cela fait du bien.
Je note dans un coin, pour mémoire, qu’avec vous il faut posséder des dons de voyance ou télépathie pour bien penser à répondre aux questions que vous ne posez pas.
Au plaisir d’échanger avec vous à nouveau !
Bonne journée.
N. »

Non mais sérieux quoi !

#mefautuntriplecafé