Quand le cordialement reste essentiel !

Il y a quelques temps, dans ce billet, je vous transmettais les conversations entre deux copropriétaires en dissertant sur l’importance de bien terminer les conversations de manière cordiale.

Le temps est passé, les tensions ne sont pas apaisées.

Voici le dernier mail échangé entre les deux copropriétaires :

« Je constate que vous avez un trop plein d’énergie vous taper sur tous le monde , même le syndic que vous avez vous même dernièrement choisit , ne semble pas assez docile c’est dernier temps à vos yeux .
Mr X LA MENACE laissé les acteurs professionnels faire leurs travail par contre votre trop plein d’énergie utilisez le pour nettoyer la cour pour nettoyer mon lot numéro 7 etc…
Monsieur la menace ont descend de la chaise ont se fait humble et on salit pas les lieux des autres c’est aussi une forme d’insulte .
Monsieur le petit chef , monsieur la menace , monsieur pas vu pas pris monsieur l’amalgame je vous le re- demande svp ne salissez pas mon lot numéro 7.  Si cela vous est impossible si cela vous est insupportable c’est pas grave prenez votre temps le chantier n’est pas encore terminé. Je suis un homme patient avec humour je vous fais mes remarques mais faudrait il quand même si intéresser ???? »

Bon comme vous voyez, le cordialement est toujours absent et cela créée une escalade dans la violence puisque l’on s’en prend au syndic qui, bien qu’il soit acteur professionnel, n’a rien demandé et à une pauvre chaise sur laquelle on monte mais sans préciser pour quelle raison et qui, surtout, n’y est pour rien …

#mefautuntriplecafé

Publicités

Quand l’immeuble est familial

En assemblée générale !
– Je suis contre la pose d’un ascenseur.
– Tu es mon cousin et je t’aime. Mais regarde, avoir posé un ascenseur au XXXXXXXXXXXX a permis à papa, ton oncle, de pouvoir vivre jusqu’à 101 ans chez lui. Sans ascenseur, il aurait du quitter son logement et je suis sûr qu’il serait mort plus tôt.
– Et bien justement, ça confirme ma position ! Hors de question de mettre un ascenseur et je suis majoritaire.
Bon bon bon

#mefautuntriplecafé

Quand la plomberie est aléatoire mais qu’elle n’est pas seule !

Vendredi dernier, en assemblée générale, on évoque une fuite importante qui s’est produite dans l’immeuble dix jours plus tôt et qui a amené à ce que pendant 2 jours, ce soit les chutes du Niagara le long d’un mur entre le rdc/1er étage.

La fuite a duré longtemps parce qu’il s’agit d’un immeuble de locataires et qu’aucun des locataires ne s’est senti assez concerné par l’inondation pour prévenir son propriétaire ou le syndic qu’il y avait un problème.

Il y avait bien un copropriétaire résident qui a vu couler mais bon, comme il travaille la nuit, en rentrant, il n’avait pas envie de se charger du problème. D’accord.

L’origine du sinistre était une fuite privative. Bon.

Et là mon président de conseil syndical se tourne vers moi et me demande ce que je peux faire pour remédier à l’inconséquence des locataires et des propriétaires.

J’avais envie de répondre que je ne pouvais rien faire parce qu’à ce stade de déresponsabilisation collective, il faudrait un miracle et que mon taf était de gérer les immeubles pas d’éduquer à la vie en collectivité. J’étais juste le syndic, pas le Saint Dic et encore moins Sainte Rita ! Je n’ai toutefois rien dit de ce genre et j’ai proposé, puisque les fuites de ce type sont récurrentes dans l’immeuble, des solutions :

– une pause de compteur d’eau individuel à télérelévé pour avoir une alerte immédiate en cas de consommations d’eau excessives

– une vérification avec un plombier de toutes les installations privatives avec devis de remise en état et mise en demeure si les travaux ne sont pas faits.

 Et là j’entends mon propriétaire occupant indiquer :

– Vous verrez chez moi, les installations de plomberie sont en mauvais état mais comme je ne les utilise pas tant que ça, ce n’est pas très grave. Mes WC sont alimentés et raccordés comme il faut. Par contre, pour me laver les dents et faire une toilette simple au gant, je n’utilise pas la salle de bains qui n’a plus d’eau. J’achète de l’eau et je la verse dans l’évier de la cuisine qui lui n’est pas raccordé à l’eau mais évacue correctement.

Ben voyons !

#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire est bricolo !

Mon assistante appelle un copropriétaire pour savoir si une fuite en couverture est réparée ou non parce que l’une et l’autre nous sommes « neuves » sur le portefeuille et que nous n’avons pas toujours toute l’antériorité.
Le copropriétaire lui répond très sérieusement :
– Oui bien sûr ! J’ai acheté un chapeau de cheminée et je suis monté sur le toit pour le poser. Je vous envoie la facture.
J’ai cru que c’était une blague mais non ! Ils font ça dans cet immeuble ! Ils grimpent pour de vrai en toiture et font les travaux tous seuls sans rien demander à personne.
Heureusement qu’il n’y a pas eu d’accident !
Je vais leur faire un cours sur les risques et responsabilités à la rentrée et ça va sonner fort et haut !

#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire attend l’entreprise !

– blablablabla, je relance la société pour qu’elle intervienne.
– D’accord mais du coup, vous pensez que ce sera fait pour quand ?
– Ben je ne gère pas le plannig des sociétés vous savez ! Ils vont vous appeler.
– Oui je comprends mais ils vont appeler quand ?
Bon ……….. duraille certains lundis !

#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire est cordial mais pas toujours !

il s’agit d’un immeuble de 2 copropriétaires.

Un des copropriétaires, qui est majoritaire, fait des travaux dans un de ses lots et … oups … il fait malencontreusement tomber le sol pile poil à un endroit bien pratique pour ses travaux.

Bon … On va dire coïncidence. Qu’est-ce que cela pourrait être d’autre d’ailleurs ?! 😉

Toujours est-il qu’un arrêté de péril tombe.

L’autre copropriétaire ne le prend pas très bien … Il le fait savoir en écrivant directement au copropriétaire « malchanceux » en mettant le gestionnaire en copie, forcément !

Premier mail :

« Attention famille X

Allez faire un petit tour aux premiers étages Mr le marchand de sommeil et soyez humbles devant les appartements des locataires qui me demande si il y a du plomb dans les appartements que la famille X leurs louent . Vous êtes des menteurs professionnel nous serons le démontrer à la justice vous ne faites que retarder le temps à changer de syndic comme de chaussettes. Aux lieu de menacer vos copropriétaires qui sont irréprochables comme un obsessionnel , occuper vous de démontrer lés preuves quant à la cour ainsi que l’assurance de la cheminée du restaurant avec son cerclage déclaré etc.. Ni vous qui en cachette faites des photos dans des couloirs d’immeubles frappé de péril ( 107)  ni votre père qui me hurle dessus comme un chef de clan ni votre frère en djellaba qui me traduit votre père en quatre yeux m’impressionnez vous êtes des MENTEURS et nous serons le démontrer.

Cordialement Monsieur Y »
Le cordialement semblait un élément important pour clore un tel mail sur une note de douceur.
Réponse de Monsieur X
« Monsieur Y,

En ce qui concerne mon locataire au premier étage droit, il dispose du diagnostique plomb amiante comme tout locataire.

C’est une obligation avant la mise en location.

Pour ce qui est du restaurant, voyez avec mon père.

Je souhaite que les travaux avance mais ces agissements les ralentissent.

Cdlt
Monsieur X »

Le cordialement adoucit encore une fois le propos. On en perçoit l’importance facilement.

Réponse de Monsieur Y :

« Vous n’êtes qu’un menteur et nous attendons notre tour pour le démontrer vous n’êtes qu’un malade pathologique alors faire votre petit ragots de bigot qui cache sa misère à d’autre. Vous n’êtes qu’un petit vicieux de bas quartier vous impressionner pas grand chose en fin de compte , le compte rendu de justice ne vous a pas suffit il y a des gens comme ça vous êtes de ces gens là »

Mais où est donc le cordialement ?

Hein ?! Où est-il ? Tout fout le camp ! Vous ne trouvez pas ?!

#mefautuntriplecafé

Quand le copropriétaire est primo accédent !

Echange de mail avec un primo accédant :

– Puisque c’est du privatif, vous me direz certainement, encore une fois, que vous ne voulez pas vous en occuper. Je suppose que je devrai me démerder tout seul.

– Ce n’est pas que je refuse de m’en occuper c’est que je perds mon temps à le faire. Je perds mon temps une première fois à le faire sans aucun résultat à espérer et sans rémunération. Je le perds ensuite encore parce qu’au lieu d’agir auprès de votre promoteur comme je vous l’ai proposé, vous me relancez et m’envoyez des mails de plus en plus désagréables. Comme je vous l’ai expliqué, je ne suis mandatée que pour gérer les parties communes. Je peux vous appuyer pour vos parties privatives mais je ne peux pas agir à votre place. Votre promoteur n’est pas idiot et connait la loi. Il sait parfaitement que si je lui fais une mise en demeure pour des équipements privatifs, je sors de mon rôle et qu’il peut m’ignorer sans soucis. Il faut que vous agissiez aussi.

Pffff

#mefautuntriplecafé