L’entretien annuel des employés d’immeuble !

Réception des gardiennes par un collègue pour l’entretien annuel :
– Bon … est-ce que vous avez quelque chose à rajouter ? Vous avez été à la formation ? Cela vous a plus ?
– La prochaine fois qu’il y a une formation, si vous pouviez me sauter, ce serait chouette.
Voilà voilà …

#mefautuntriplecafé

Quand il y a un maître chien !

Aujourd’hui, je ressors un courrier reçu par un confrère, il y a 3 ans.

Ce courrier avait été posté sur la fédération des gestionnaires de copropriété (groupe facebook).

Aucune description de photo disponible.

Quand une société remplace le gardien !

Quand je me retrouve à écrire un mail de ce type à une société de ménage :

« Bonjour,

Je suis contactée par un des résidents qui m’explique que votre employé passe la journée sans chaussures dans la loge et que l’odeur de pieds est insupportable dans les parties communes.
Je ne suis pas sur place et ce que je vous rapporte est peut-être à prendre avec des pincettes.
Toujours est-il que si quelqu’un prend la peine de m’appeler pour me faire ce genre de retour c’est qu’il y a un problème.
Avez-vous prévu de passer voir à l’improviste et vous assurer que tout va bien ?
Je vous informe que je passerai également de temps en temps pour vérifier que tout se passe bien. »
#mefautuntriplecafé

Quand le conseil syndical gère une fuite !

Pendant que j’étais en AG un jour, un immeuble a pété un câble à cause d’une fuite dans un logement loué.

Le cabinet a joint le frère de la locataire pour qu’il vienne fermer l’eau.

Mon ancien Président du Conseil Syndical, avec un coeur malade, au lieu d’attendre l’arrivée du frère, est rentré par la fenêtre sur cour du 1er étage dans le logement pour arrêter la fuite.

J’explique au conseil syndical, par mail, que rentrer chez quelqu’un ne se fait pas … c’est de la violation de domicile et patati et patata.

Voici leur réponse :

« Bonsoir Petit Syndic,
Si madame H. s’étonne que son eau soit fermée, nous pourrons lui rappeler qu’elle nous a dit, au syndic et à moi, que son frère était passé hier chez elle fermer ledit circuit d’eau.
Je vous signale aussi que madame H. qui habite sur cour au premier étage est partie en vacances en laissant la fenêtre de sa cuisine grande ouverte… N’importe qui peut rentrer chez elle avec facilité et sans qu’il y ait effraction.
Ceci dit, merci pour votre implication dans ce dégât des eaux. »

#mefautuntriplecafé

Quand il y a une fuite dans la loge !

Discussion entre mon assistante et une gardienne :
– Alors il y a une fuite dans la loge et donc vous avez coupé l’eau de la loge. C’est ça ?
– (je n’entends pas)
– Bon. Il faut absolument que vous soyez sur place pour recevoir le plombier et qu’il puisse travailler.
– (je n’entends toujours pas)
– Ecoutez Madame ! Je comprends bien le problème et que vous êtes obligée de vous laver dans la cour avec cette chaleur. Mais si vous refusez de laisser entrer le plombier dans la loge pour réparer la fuite, je ne vois pas ce que je peux faire pour vous.
#mefautuntriplecafé

Quand il y a des cafards dans l’immeuble !

La gardienne :

– Les cafards viennent forcément de chez eux. Ce sont nos seuls africains.

Moi :

– Ah au fait. Il faut que je vous fasse goûter une spécialité de chez moi.

Et je sors mon saladier de fatayas. Les fatayas sont des petits chaussons fourrés au thon que l’on trempe dans une sauce à la tomate.

Elle goûte et me fait :

– Hummm c’est délicieux. Mais c’est où chez vous ?

– Le Sénégal. L’Afrique quoi…

Puis j’ai rajouté pendant qu’elle rougissait :

– Et puisque vous aimez, je vous en ramènerai un saladier plein la prochaine fois.

J’ai failli lui demander si elle préférait avec ou sans cafards mais je ne l’ai pas fait.

#mefautuntriplecafe

Quand le copropriétaire gère l’employé d’immeuble !

Première rencontre avec de nouveaux clients :

– L’entretien de l’immeuble est donc assuré par un employé d’immeuble.

– Oui. Cette jeune femme est en face. C’est pratique. Elle est super efficace.

– Une jeune femme ? Mais c’est un homme que j’ai vu sortir les poubelles.

– Oui c’est son mari. C’est un couple. Ils s’arrangent comme il veut, se rendent des services.

– Heu … non. C’est du travail dissimulé. Que se passe-t-il s’il lui arrive un accident à lui ?

– Tout va bien. Nous avons fait un contrat à son épouse.

Moi, taquine :

– Tant mieux ! Mais vous croyez vraiment qu’il y a un vase communicant qui fait que si Monsieur se blesse, ce sera Madame qui aura mal et qu’il faudra prendre en charge ?

Ma copropriétaire, tout sourire d’un coup :

– Mais, c’est que vous avez raison Madame le syndic !

Puis se tournant vers l’assemblée pour les prendre à témoin, en parlant tout doucement, comme si c’était un secret et en retenant difficilement un éclat de rire :

– Syndic, c’est un vrai métier en fait !

Moi emportée aussi par le rire collectif :

– Merci de l’avoir remarqué … enfin !

Difficile de ne pas avoir beaucoup de tendresse pour certains de ses clients.

#mefautuntriplecafé